Photo en Une : © D.R.

Ecrit par Thémis Belkhadra et Maud Gauthier

Nicolas Jaar aurait pu remplir les plus grandes salles de Tel Aviv mais rien n’en sera. C’est pour le public palestinien que le producteur chilien a foulé le ‘Holy Land’ en cette fin du mois de septembre. Ce samedi 28 septembre, Nicolas Jaar se produisait donc à Ramallah face à un parterre de 800 personnes

Une vidéo amateur des vingt premières minutes de son concert a fait son apparition sur la page Facebook du site People’s Beats. C’est sur le poème "Farewell to Edward Said" de Mahmoud Darwich, poète incontournable et symbole de la résistance palestinienne, que démarre la performance du producteur américano-chilien. Un choix qui suscitera son lot de réactions dans l'assemblée.

Dans une ambiance tamisée par des lumières rouges et roses, il enchaîne sur un extrait d’"Ahmad Al Arabi", opéra interprété par Oumeima El Khalil et toujours écrit par Mahmoud Darwich, avant de se lancer dans son manifeste mélancolique "Three Sides of Nazareth", titre tiré de l'album Sirens et dont les paroles sont des allusions au conflit israélo-palestinien et à son fameux mur.

Fait notable, le show aura été introduit par un live machines complexe de Muqata'a - artiste majeur de la scène expérimentale locale. Quant au closing, il était assuré par le trio Khata' Matt, originaire de Ramallah, composé de Makimakkuk, Julmud et Al Nather - trois jeunes talents du hip-hop palestinien.

Dans un pays sous occupation militaire, victime d'un des conflits les plus longs et destructeurs de l'histoire contemporaine, la venue de Nicolas Jaar a de quoi surprendre. Mais le producteur chilien n'a jamais caché ses pendants politiques au fil de ses projets, ou dans les paroles - pour le moins explicite - de son album Sirens. Cette tournée concrétisait donc le projet militant de Nicolas Jaar tout en rendant hommage aux racines palestiniennes qu’il tient de son père.

Au début de l’été 2017, le producteur avait déjà visité le collectif local Jazar Crew. Appuyés par Malahi Entertainment, c’est ensemble qu’ils ont organisé cette courte tournée entre Ramallah, Amman (Jordanie) et Haïfa (Nord-Israël).

   À lire également
Nicolas Jaar jouera en Palestine aux côtés des collectifs underground arabes

Ces premières dates marquent le début d’une tournée mondiale que l’artiste vient d’entamer. Prochaine étape : Kiev, puis la Turquie pour un set au Zorlu Center for the Performing Arts d’Istanbul, le 3 octobre.