Citizen Kane, Psychose, Sueurs froides, Les oiseaux, Taxi Driver… Tous ces chefs-d’œuvre ont un point en commun : une B.O. signée Bernard Herrmann. Arrivé à Hollywood dans les années 40, le compositeur commence par collaborer avec Orson Welles, puis après une période faste aux côtés d’Hitchock, se retrouvera sollicité par les jeunes réalisateurs du "Nouvel Hollywood", Martin Scorcese et Brian de Palma. Sans se limiter au cinéma, Hermann compose aussi le générique du programme de SF La Quatrième Dimension. Nombreux sont les réalisateurs actuels à lui avoir rendu hommage, à commencer par Quentin Tarantino, qui fait du morceau "Twisted Nerve" originalement composé pour un film de 1968, l’un des temps forts de Kill Bill.

Bernard Herrmann - Twisted Nerve

Pour revisiter le répertoire de Herrmann, Thomas Enhco et Zadig ont chacun capté une part de l’ADN de sa musique. Pour le premier, c’est la mélodie et le swing. Véritable prodige, Enhco a commencé à apprendre le violon à 3 ans. Issu d’une famille de musiciens, il intègre à 12 ans le centre de formation de jazz de son beau-père Didier Lockwood, puis le conservatoire à 16 ans, avant de sortir son premier album deux ans plus tard. En 2013, il remporte la prix de la révélation de l’année aux Victoires du jazz pour son troisième album Fireflies.

variations

variations

Dénudées de leur habillage orchestral, les compositions de Herrmann s’écoulent sous les doigts d’Enhco, précises dans leur nonchalance d’abord, bouillonnant graduellement. Étant donné le background de Zadig, raveur avant de se tourner vers la techno en fondant son label Construct Re-Form, le résultat de duo aurait pu être brutal et soutenu.

C’est tout l’inverse. Les sonorités électroniques s’éparpillent d’abord en clapotis, virevoltent comme des insectes nocturnes, puis nappent délicatement les notes du piano. Membre du quatuor techno français Unforeseen Alliance, Zadig a l'habitude de jouer aux côtés d'autres musiciens et crée un espace sonore où les thèmes d’Hermann peuvent respirer. Les bleeps et les bruits blancs, consolidés par une TR-909 à mesure que la musique gagne en intensité, tient lieu d’orchestre, et adjoint à l’interprétation jazz d’Enhco le suspense cinématique.

   À lire également
Comment gérer un live machine à 8 mains, par Unforeseen Alliance

1/ Jeff Mills et Coltrane
2/ Chloé et Steve Reich
3/ Electric Rescue et Bach
4/ Dubfire et Avrö Part