On découvre ainsi que le Palladium – théâtre underground ayant accueilli le premier show de Moby – a été remplacé par une petite animalerie. Entrecoupé d'images d'archives, ce véritable voyage temporel est bercé de nostalgie. Tout comme la voix de Moby d'ailleurs, qui nous décrit avec émotion ce New York qu'il considérait comme un "sale mais merveilleux paradis."

   À lire également
Warehouses, raves et club new-yorkais : la vie dessinée de Moby en 9 min vidéo