De multiples études se sont penchées sur l'influence de la musique sur notre cerveau. Des scanners ont par exemple montré que les parties de nos cerveaux que la musique stimule sont celles liées au mouvement, à l'attention et à la motricité, nous apprend par exemple la vidéo ci-dessus. Aussi, nos cerveaux seraient affectés différemment en fonction de la musique qu'ils perçoivent. Lorsqu'on écoute une chanson que l'on aime particulièrement, notre cerveau produit de la dopamine, permettant d'anticiper l'émotion maximale au moment de l'apogée du morceau. Utilisant les mêmes neurotransmetteurs que d'autres sentiments, la musique aurait des bienfaits similaires à ceux de la nourriture, du sexe et des drogues, selon les scientifiques.

   À lire également
Des chercheurs ont découvert une zone du cerveau exclusivement dédiée à la musique

En plus de stimuler notre cortex, la musique modifierait notre perception du monde et des autres. En effet, la vidéo montre que l'on a tendance à voir notre environnement à travers le filtre de nos sensations musicales. Preuve à l'appui : une personne d'expression neutre sera perçue “triste” par les personnes ayant écouté de la musique triste, et les personnes ayant écouté de la musique plus entraînante auront tendance à lui attribuer une expression plus joyeuse.

Par ailleurs, la musique aurait la capacité de stimuler les personnes qui ont le cerveau endommagé. En 2013, des scientifiques ont tenté l'expérience sur des patients atteints de lésions au cerveau. Trois patients ont été exposés respectivement au silence, au “white noise” et à la musique classique. Il est apparu que le patient ayant écouté de la musique classique a eu les effets les plus positifs au niveau de la stimulation visuelle.

   À lire également
Écouter de la musique nous rendrait plus sympas

Finalement, la vidéo traduit une étude qui démontre que jouer d'un instrument de musique rendrait plus compétent : les enfants ayant joué d'un instrument pendant au moins trois ans ont obtenu de meilleurs résultats aux tests que ceux qui n'en jouaient pas.