Photo en Une : © William Rezé

Pékin

C’est un montage vidéo avec des images tournées sur une seule journée à Pékin, par moi-même pour la plupart, quelques-unes par mon ingé son et des images que Thibaut Boulais (vidéaste du French Miracle Tour) m’a envoyé du live au Dada. C’est filmé à l’iPhone avec un stabilisateur.

Ça retrace plutôt bien ce qu’on a vécu ce jour-là. C’était jeudi, on est arrivés la veille au soir et on a marché 15 kilomètres en essayant de voir un maximum de choses. Et le soir, concert hyper cool, très bonne ambiance. On s’est pas mal amusés à faire du bricolage avec mon ingé son sur le concert.

Pour info, mes machines étaient scotchées à une boîte en carton et j’étais debout sur ma valise de matériel renforcée d’une planche en bois, les deux scotchées ensemble aussi. Tout ça parce qu’on ne voyait pas mes machines à cause de la protection de la table faite pour les DJ's.

Mais bon, c’était pas très stable, du coup mon ingé-son était à moitié assis dessus quand je sautais, avec un doigt sur la console pour faire un semblant de suivi, c’était chouette. Et direction l’aéroport 3 heures après la fin du live ! Pour résumer, je retiens le contraste sale et bruyant des petites rues bordéliques, avec tout le monde qui crache partout, et d’un coup des temples super bien entretenus, beaux et calmes. Le tout saupoudré d’une bonne dose de pollution, aussi.

Xi'an

Anciennement la capitale du pays, Xi'an (prononcé "shi-an") compte plus de 8 millions d'habitants. Là, c’est le gros contraste.

D'un côté, d'énormes usines à charbon t'accueillent dès l’entrée de la ville. Leurs cheminées crachent un beau nuage marron, à tel point qu'on ne sait plus s'il fait beau ou pas. Le tout accompagné de magnifiques tours copiées-collées d'Inception.

De l'autre côté, le centre-ville vient à l'encontre de tous les préjugés que l'on peut avoir avant d'y rentrer. Des forteresses, des pagodes et des vendeurs de pinceaux traditionnels viennent peupler le centre de Xi'an. Le décalage entre le centre de la ville et l'idée que l'on peut s'en faire avant d'y rentrer, je n'ai pas tout compris. Mais la Chine, il ne faut pas essayer de comprendre, je crois.

Guangzhou

À Guangzhou, j’ai joué au huitième étage d’un centre commercial, et en fait, c'était bien. Un peu comme s'ils avaient mis La Flèche d'Or au dernier étage du BHV. 

À part ça, la ville est au sud de la Chine, c’est donc beaucoup plus tropical et humide. Et c’est immense, encore une fois. C’est un peu dingue qu’une ville dont on a jamais entendu parler fasse quatre fois la taille de Paris...

Séoul (Corée du Sud)

À Séoul, il a plu les premiers jours, du coup, on a principalement mangé là-bas. Mais genre pas mal, quatre fois par jour en général pour être sûr de bieeeeen tout goûter. Et bien c’est super bon la bouffe à Séoul. Beaucoup de barbecues, la classique, et de restaurants japonais.

Sinon, le soir, les Coréens sont hyper bourrés, il paraîtrait que c’est le plus gros consommateur d’alcool par habitant. Et c’est là qu’on voit qu’on n'est pas totalement pareils. Eux, quand ils sont bourrés, ils sont tout-mignons-tout-sympas, ils ne se tapent pas dessus en chantant du Patrick Sébastien. En ce qui concerne le concert, c'était très cool, et la séance de selfies fût interminable, à base de " 그것은 컸다 je t'aime! 나는 콘서트를 사랑".

Indonésie

Au final, on a passé peu de temps en Indonésie, mais on a pu faire pas mal de choses (hormis dormir). Ça a commencé avec un concert sur un rooftop du centre-ville de Jakarta, magnifique spot. Par contre, c'est la première fois que l'ensemble des personnes que j'ai rencontré m'ont dit détester cette ville. Donc petit tips touristique, ne pas venir là-bas pour "visiter et chiller".

On a enchaîné avec un lever de soleil dans la jungle de Yogyakarta à 5h du matin, puis le temple de Borobudur dans la foulée, grosse grosse claque. On a fini la matinée avec des pancakes au chocolat/gruyère/poivron. Moins grosse claque pour le coup.
Le soir, on a joué sur une scène directement dans une rue de Yogyakarta, j'ai fini sous une petite pluie en me croyant dans une pub d'Ushuaïa, au top. Merci l'Indonésie !