“L'arrivée d'Internet a véritablement bouleversé le monde musical actuel. Autour de la figure du “digger”, chercheur passionné de sons rares, la série interactive Dig it! sillonne la planète pour vous plonger dans la sono mondiale et découvrir les rythmes et les acteurs de la musique de demain.”


Le premier épisode revient sur les pionniers de la webradio: la Radio East Village new-yorkaise et la Red Light Radio d'Amsterdam. Ces radios, comme la plupart des webradios, jouent le rôle de diggers et, contrairement au radios traditionnelles qui passent les mêmes tracks en boucle, elles nous font découvrir de nouveaux artistes et sons à chaque émission. Orpheu, fondateur de la Red Light Radio, explique que la webradio a finalement la même fonction que les radios pirates de l'époque : apporter et faire découvrir des musiques alternatives qu'on n'entend nulle part ailleurs.

Au cours du deuxième épisode, on redécouvre une figure de la musique électronique des années 70 et 80 : le Nigérian William Onyeabor. Sa musique avait été complètement oubliée et le label new-yorkais Luaka Bop l'a sortie de l'ombre. Un véritable mystère plane autour de cet homme, on ne sait que peu de choses de lui... Une seule anecdote circule à son sujet, découvrez-là en regardant cette vidéo.

Le troisième épisode est consacré aux edits, à ne pas confondre avec les remix. “Un edit, c’est reprendre une chanson qu’on adore à la base sans en avoir les droits. (…) Tu l'enregistres dans ton ordinateur et tu découpes les parties qui t’intéressent. (…) Tu peux rajouter des rythmiques, des basses, d’autres voix, rejouer des sinters, ce que tu veux, il n’y a pas de limite !” Plus la chanson choisie sera has-been, plus l'edit sera réussi. Si tu ne connais pas grand-chose de cette pratique do it yourself héritée de l'ère disco, cet épisode est pour toi.

La cumbia, genre musical qui s'accompagne d'une danse, originaire de Colombie et datant du 17e siècle, est le sujet du quatrième épisode. Laissé de côté et déprécié pendant des années, il renaît actuellement grâce à son mariage avec la musique électronique. Quand le local devient international, le folklore d'une culture se retrouve à la portée de tous. Le résultat : un enrichissement de notre culture musicale et générale.

Le cinquième épisode pose une question : à quoi ressemblera la musique de demain ? Internet a décuplé les possibilités de trouver des perles musicales rares et d’en faire profiter les autres en les partageant en ligne. On peut dès lors se demander si le pouvoir n’est pas passé entre les mains du public. Une réflexion avec Frédéric Rousseau, responsable de la valorisation industrielle à l'Ircam (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) et Armand Leroi, chercheur à l'Imperial College de Londres.

Si cette présentation ne vous a pas convaincu, allez en juger par vous-même en regardant un épisode de Dig It!, car cette websérie est une mine d'or.