Texte par Camille Hazel

Images et montage par Quentin Richard

Seth Troxler à fait la couv’ du Trax de cet été, autant vous dire qu’on a entendu parler du bonhomme à la rédaction. Toujours présent pour donner son opinion sur la scène électronique et tout ce qui la concerne, Seth est un peu le bon pote du public. Du coup, quand on m’a parlé de sa petite sauterie, Acid Future, qui allait se dérouler dans l’une des warehouses incontournables de Londres, j’ai voulu savoir comment Seth Troxler faisait la fête, alors je me suis incrustée.

"Le 8 août, nous rendrons hommage à l’histoire de l’acid house londonienne et à son héritage en organisant une énorme warehouse au Tobacco Dock, mais au lieu de nous tourner vers le passée, nous irons de l’avant en invitant les artistes internationaux qui incarnent le mieux, selon moi, l’esprit de l’acid house de 2015" précisait-il alors dans le communiqué de la soirée.

Seth Troxler Acid Future

Jour-J devant le Tobbaco Dock. L’événement est sold out, sans surprise, puisque j’ai eu l’occasion de croiser moult affiches promotionnelles depuis mon arrivée à Londres. Une fois entrée, je fais le tour du hangar. C’est gigantesque, c’est canon. La scénographie est clairement bien en place, j’ai rarement fait la fête dans un lieu pareil, en tout cas pas en France.

Bref, le cadre est une première claque plutôt agréable. Il y a un sous sol, avec une scène installée dans un parking. C’est underground. Il y a un premier étage surpeuplé où l’on y trouve deux autres salles. Les murs tremblent et transpirent. Je grimpe au dernier étage, en traversant encore pas mal de mètres carrés – non exploités. Je respire. Rooftop, soleil, mecs torses poils et anglaises en crop tops. Le fameux Smokey Tail de Seth a été installé sur la terrasse pour l’occasion. Cocktails et barbecue, la légende raconte que Seth prépare lui même les grillades sur le stand. Cool. Moi je ne l’ai pas vu.

Seth Troxler Acid Future

Un peu saoulée par la masse de monde gueulante et beaucoup trop défoncée, je tente tant bien que mal de passer de salle en salle, histoire d'aller écouter ce que je suis venue écouter : la musique. Malgré toute l’organisation mise en place pour éviter de se rentrer dedans, chaque pas à travers l’étage principal est un véritable accomplissement personnel. Avec tout l’amour que je porte aux fêtards en tout genre, j’ai trop rapidement été blasée par l’ambiance qui régnait ici et la chaleur étouffante. J’ai passé mon après-midi à fuir une salle pour une autre, à grimper sur la terrasse pour respirer, à redescendre pour retenter de passer un bon moment, jusqu’à ce que je tombe sur le set de DJ Harvey au sous-sol où j’ai enfin pu y trouver mon compte et apprécier la performance !

DJ Harvey

Quand on voit un si beau line-up, regroupant des noms tels que Marshall Jefferson, The Martinez Brothers, Arthur Baker, Tom Trago, Skream, Craig Richards, Paranoid London et évidement Seth Troxler, entre autres, dans un lieu aussi fascinant, on peut se demander pourquoi je trouve le moyen de me plaindre ? Selon moi, le problème était la démarche artistique de l’événement. Seth Troxler nourrit pleinement son rôle du tonton rigolo de l’électronique — de qualité — tout en prônant haut et fort son dégout pour l’EDM à l’occasion.

Seth Troxler Acid Future

"Je vous parle de patience, parce que la patience d’un clubber n’a rien à voir avec celle des gens qui vont dans ces festivals. Dans ces festivals, on vous sert TOUT, absolument tout, sur un plateau. Lasers ! Écrans géants ! Feux d’artifice ! Drops ! Gâteaux en plein dans ta grosse gueule ! Putain, mec. C’est pas du clubbing. C’est juste un rassemblement d’abrutis. Essayez juste de passer une soirée dans une pièce sombre, avec la musique à fond et rien d’autre. Soyez cool", raillait Seth Troxler pour Noisey. Pourtant tout cela m’a parut être un énorme paradoxe festif.

Seth Troxler Acid Future

Seth, si tu veux une fête qui rend hommage au passé et à l’avenir de l’acid house, OK. Si tu veux la présenter comme étant officiellement anti-EDM, donc indirectement anti-mainstream, OK. Si tu veux organiser ça dans une warehouse fabuleuse avec une scénographie magnifique, OK. Mais alors explique-moi pourquoi tu placardes tout Londres d’affiches promo ? Pourquoi tu proposes des places à 60 balles tout en compressant tout le monde à l’intérieur d’un espace pourtant gigantesque ? Pourquoi tu veux nous servir des saucisses-cocktails comme si on était copain, avec un système de token ? Et surtout pourquoi la moitié du public est torse nu et répond “j’adore” quand on lui demande s'il aime l’EDM ? (cf. report vidéo)

Seth Troxler Acid Future

Je ne sais pas, c’était beau, c’était grand, mais par rapport à ce à quoi je m’attendais, ça n’avait juste aucun sens. Alors je préfère finir par l'un de tes reproches, encore : "[Avec l'EDM] Si vous êtes un groupe ou un DJ, votre notoriété ne se mesure qu’à un seul chiffre : celui des gens que vous êtes capables de ramener en festival." 

Seth Troxler Acid Future

Seth Troxler Acid Future

Seth Troxler Acid Future