Tu viens de sortir une compilation de 2 CD, A Made Up Sound (2009 - 2016) qui va être la dernière sortie de ton propre label. Pourquoi arrêter maintenant ?

C’était censé être une série limitée dès le début. D'autant plus que c'est un label d'artiste. J’ai préféré sortir une série avec un début et une fin définis, plutôt que de le laisser aller indéfiniment et risquer de perdre le public à un moment donné. J'ai toujours pensé que 10 sorties – 9 officielles et le white label 00X – serait un nombre de sorties suffisant pour emmener le label où je voulais. Cela peut sembler arbitraire de laisser le nombre de sorties déterminer la fin de l’histoire, mais c'est en réalité ce qui m’a aidé à façonner le label, et à décider de ce qui allait sortir ou non.

« C'est seulement le label qui s’arrête »

On est certains que tu ne t’arrêteras pas ici. Quels sont tes projets après cette belle histoire?

Merci pour le compliment, et tu as raison, c'est seulement le label qui s’arrête. Je viens de commencer à jouer des livesets en tant que « A Made Up Sound » pour la première fois et j’en a profité pour écrire beaucoup de matière musicale inédite. Je prends un plaisir incroyable comme ça en ce moment, en jouant de la musique qui n'existe que dans l’instant, qui n’est pas encore en état finalisé. Par ricochet, je suis impatient d’entrer en studio sans plans clairement définis, et de voir ce qui en découle !

Tu es un producteur aussi secret et mystérieux que très respecté. Peut-être que ton choix de vivre en périphérie de la bulle électronique « hype » a quelque chose à voir avec cela ?

Je ne sais pas. Pour être honnête, ce n'est pas quelque chose auquel je pense souvent. J’imagine que je ne suis pas vraiment du genre à me mettre en face de ma musique. Je suis heureux d’en parler en ce moment, parce que je suis en train de clore une aventure de huit ans avec mon label - et je suis reconnaissant que de nombreuses personnes s’y intéressent, et qu’ils aident la musique à se propager - mais en temps normal je préfère faire profil bas.

Quel est le résultat de ces 8 ans à sortir ta propre musique sur ton label ? Le recommanderais-tu aux plus jeunes producteurs ?

Ça a été très gratifiant d'avoir pu créer cette série de sorties exactement comme je l’avait conçue. Sans aucune interférence. Je le recommanderais à quiconque pense qu’il est primordial d'avoir une structure au sein de laquelle laquelle tu as le plein contrôle créatif sur tous les aspects de tes sorties : tracklisting, mastering, fabrication, distribution et identité du label dans son ensemble. D’un autre côté, tout cela représente beaucoup de travail, avec un résultat souvent imprévisible. Tu dois donc être absolument sûr et certain de ce que tu veux faire. Il faut envisager composer et sortir ta musique comme une récompense en soi, avant tout.

"Huit ans, c’est une vie entière en musique électronique."

Qu'est-ce qui a changé depuis 2009? En tant qu’artiste aimant casser les codes des genres, comment vois-tu l'avenir des sous-genres techno ? As-tu vu beaucoup de choses changer depuis que tu as commencé à produire?

Absolument, huit ans, c’est une vie entière en musique électronique. C’est toute une génération de fans de musique et de producteurs. J'ai vu tant de changements que je ne saurais pas où commencer, alors je vais plutôt me concentrer sur ce que j'apprécie en techno en ce moment, comme certains noms relativement nouveaux qui vont vraiment chercher l'aventure musicale. Je pense à de jeunes gars de Bristol comme Ploy, Batu, Bruce, Sam Kidel, et Simo Cell le parisien de Livity Sound, Rroxymore à Berlin, Huerco S qui est sur une très belle lancée depuis un moment maintenant... Aussi je suis très heureux d’avoir vu mes amis Dynamo Dreesen et SVN obtenir plus de reconnaissance avec leurs labels Acido et SUED ces derniers temps. Ils ont sorti tellement de trucs géniaux au fil des ans ! Ils sont vraiment dans un univers musical qui leur est propre.

Je suppose que tu as des tonnes de pistes inédites. Tu as l'intention de les sortir un jour ?

Peut-être pas des tonnes, mais il ya beaucoup de choses en cours, en effet ! Une partie de celles-ci pourraient sortir, si la bonne occasion ou l'idée se présente. Du côté « A Made Up Sound », ce sera une partie du liveset ou ça en sera proche de toutes manières. Quant à savoir si ces morceaux sont ammenés à être sortis : je ne sais pas encore. Ce n'est pas une priorité pour moi à ce stade, mais nous verrons.

Possible d’en savoir plus sur «P.P.B» le morceau exclusif de la compilation ?

Je l'ai fait dans le cadre d'un autre projet, dans lequel il ne s'inscrivait pas bien en termes de sonorités. C’était au début de cette année, pendant que je préparais également la compilation A Made Up Sound. Bien que ce ne soit pas intentionnel, l'esthétique de la rythmique breakée et les pads nostalgiques m’ont rappelé en partie la musique que je faisais au moment où j'ai commencé le label. En temps normal, je ne suis pas du genre à revenir sur mes idées ou décisions passées, mais je sentais vraiment quelque chose avec ce morceau. À la lumière d'une compilation rétrospective, cela a fait sens regarder en arrière. Une seule fois.

A Made Up Sound jouera en live ce soir à Concrete, pour la première fois en France

La compilation A Made Up Sound (2009-2016) 2CD / digital et le 12" final du label, Bygones/Peace Offering, sont disponibles.