Photo en Une : Alban Gendrot
Le Bal Con
Solange / ©Pierrick C Rocher

1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

Au départ, avec Maxime et Fabien, nous avons voulu travailler autour du thème du théâtre, s’approprier ses codes : le décor, les acteurs, les costumes, l’orchestre, les actes et entractes, la tragédie et l’opérette aussi… Donc le nom Balcon s’est imposé, puis comme on tourne un peu tout ce qu’on peut en dérision, Bal Con, en deux mots, fut choisi. Le Badaboum nous a fait entièrement confiance pour monter cette fête un peu folle qui oscille entre spectacles loufoques et musiques techno (en gros, c’est du boulevard techno).

2/ En réalité, qui se cache derrière ?

Maxime Iko, le résident président, qui est en charge de la partie musicale. Fabien Walter, le super intendant, qui s’occupe, entre autres, des artistes. Et moi, patron autoritaire mais compréhensif, qui gère tout le reste, la direction artistique et tout ce qui se passe sur scène et dans les coulisses ; le music hall autrement dit. A partir de la rentrée, je serai assisté de la Corbeille qui va gérer toute la partie spectacle avec moi.

3/ Votre ligne artistique en quelques mots-clés ?

Musique pointue, tableaux vivants et natures mortes.

4/ Si vous aviez un slogan ? Un hymne ?

"Y a de l’ambiance ?"

Le Bal Con
La Corbeille / ©Thibault Gaetan Dubroca

5/ Si on vous demande ce que vous avez de plus que les autres, vous répondez…

En terme d’espaces, nous avons, en plus du club où a lieu le Bal Con, le Balconnet qui se déroule à l’étage (dès 22h, entrée et accès au Bal Con gratuits) avec un son totalement différent (disco, pop, rock). Cette année, c’est Leslie Barbara Butch qui était aux commandes.
Sinon, des nouvelles scénographies tout les mois avec les seins de La Corbeille, les perruques de Solange, les fesses de Mahdi et Mehdi, la barbe de Mathieu, nos décors en carton, mais aussi et surtout les sets de Maxime Iko.

6/ Trois mots pour définir votre public ?

Varié, mélomane et con.

7/ Une préférence pour le choix des clubs/salles où vous organisez ?

Le Badaboum et nulle part ailleurs.

8/ Vous êtes abonnés à Paris (ou ailleurs) ou vous vous baladez ?

On est très parisiens avec tout ce que ça sous-entend de positif (et de négatif). 

Le Bal Con
Mahdi Arthur / ©Alban Gendrot

9/ Le truc le plus WTF qui soit arrivé pendant l’un de vos événements ?

Un artiste qui, après le dîner pendant lequel on s’était mis en tête de lui faire goûter toute la carte des vins, ne s’est pas réveillé pour venir faire son set.

10/ On peut ramener ses parents à vos soirées ?

C'est un devoir.

11/ Si on s’incruste en backstage avec vous, ça donne quoi l’ambiance ?

C'est très studieux, on lit beaucoup, on disserte et on boit de l'eau plate. Parfois, nous faisons quelques exercices de gymnastique.

12/ Comment imaginez-vous la soirée de rêve ? Avec quel line-up ?

Peut-être faire venir une girafe sur scène. Comprenne qui viendra le 13 juillet.

13/ Si je regarde un peu vos playlists du moment, j’y trouve quoi ?

Bjarki – It’s My Sing (TRIP)
DJ Deep – Stressin (Deeply Rooted)
Ellen Allien – Lou (BPitch Control)
France Gall & Michel Berger – Ca balance pas mal à Paris 

Le Bal Con
Camille / ©Thibault Gaetan Dubroca

14/ Les derniers artistes que vous avez fait jouer ?

Anthony Parasole, Kate Simko, Camea, Chloé mais aussi les potes comme AZF, Babybear, Reno, Emmanuel Caurel, Rag… 

15/ Il y a quoi à l’horizon pour vous ?

Un horizon clair mais on l’espère mouvementé quand même, et toujours au Badaboum.

Petit changement : après septembre, on passe sur les deuxièmes vendredis du mois, on rafraîchit la partie spectacle (plus frais, plus moderne et surtout moins cabaret) et à l’étage, on ouvre les plateaux à des petits nouveaux en accentuant la différence avec ce qui se joue en bas. 

16/ Un dernier mot ?

#lebalconparty

Retrouvez Le Bal Con sur Instagram et Facebook