Avec son compère HurfydMoskalus appartient à cette génération du Web qui réalise des choses admirables. Habitant à Ostrava en République Tchèque, le jeune homme qualifie sa ville de "morte" et se concentre sur ses vieilles cassettes VHS et ses logiciels de montage pour créer des clips sortis d'une autre dimension. Ce digger hors-norme s'amuse à superposer des vidéos old school, avec une texture médiocre digne de nos premières VHS. Une atmosphère parfois psychédélique qui colle parfaitement avec les sons sélectionnés par cet adepte de la techno lo-fi. 

Qu'est-ce qui t'a donné envie de réaliser des vidéos ?

Un jour, j'ai visionné un clip d'un de mes producteurs tchèques préférés, Shadow Drop. La vidéo était faite uniquement avec des GIF, j'ai trouvé ça fun alors j'ai commencé à m'y mettre. J'ai commencé avec quelques GIF pour ensuite réaliser de vraies vidéos.

Avec Hurfyd, qui réalise plus ou moins le même boulot que toi, vous avez choisi les personnages du dessin animé plutôt perché Adventure Time pour représenter vos productions. Quelle relation entretenez-vous tous les deux ?

Hurfyd ? C'est mon gars ! Nous appartenons à la même communauté Internet. Je ne sais pas grand-chose de lui si ce n'est qu'il tenait déjà une chaîne avant de lancer le projet Hurfyd. Donc peut-être que nous avons commencé en même temps.

Comment le choix des personnages du cartoon Adventure Time t'est venu à l'esprit ?

Héhé ! Finn et Jake ! Ce sont des chics types, n'est-ce pas ? Mais honnêtement, j'en suis venu à Finn par hasard. Un pote du lycée m'a recommandé Adventure Time et quand j'ai regardé ça, je me suis dis : 'Putain, mais je connais ce bonhomme jaune', donc j'ai utilisé Finn parce que ça me faisait marrer. Je trouve ça cool qu'Hurfyd et moi soyons liés par ce délire.

moska

Revenons-en aux choses sérieuses. Tu utilises exclusivement des images old school tirées de cassettes VHS. D'où viennent-elles et quels outils utilises-tu pour monter ces clips ?

Je bosse sur Sony Vegas 07 et d'autres logiciels de montage vidéo. Ça suffit parce que mon père est un taré de VHS et il en possède des millions. J'ai regardé presque tous les films de science-fiction psychédéliques des années 90. C'est une particularité familiale qui me permet d'avoir mes propres sources d'images libres de droits, donc pourquoi s'en priver ?

Tu publies en moyenne un clip par jour. Comment sélectionnes-tu les morceaux pour tenir ce rythme ?

Je reçois des mails quotidiens avec des demandes de collaborations. J'ai donc une source quasi inépuisable de tracks dans laquelle je pioche. Souvent, les gens m'envoient leurs morceaux sous forme digitale et parfois, s'ils sont sur le point de faire une sortie vinyle ou cassette, j'en reçois une copie !

Cela ne t'arrive jamais de contacter un artiste que tu affectionnes pour lui demander si tu peux produire un clip pour un des ces tracks ?

Non, la démarche ne vient jamais de moi ! Je suis là pour aider les gens et promouvoir ce qu'ils font. Donc si quelqu'un veut voir un de ces morceaux sur ma chaîne, qu'il m'envoie ses productions !


   A lire également
L'interview de J. Albert : “Je suis fasciné par les clubs de striptease”

Après avoir discuté avec le producteur new-yorkais J. Albert, il m'a assuré qu'il ne t'avait rien demandé concernant ses morceaux. Et pourtant, tu as réalisé plusieurs clips pour les productions de cet artiste ?

Tu parles sans doute du track "Transparency". Il est sorti sur une compilation de Neo Violence et dMIT.RY m'envoie de la musique sans cesse pour l'uploader. Donc voilà comment j'ai réalisé un clip pour J. Albert !

Dans une précédente interview sur un webzine français (Sweetlife), tu déclarais : "J’ai une idée de fou mais je ne peux pas encore trop en parler parce qu’à chaque fois, je change les plans". Est-ce que tu as des nouvelles à ce propos ?

J'ai toujours plein d'idées complètement folles en tête ! Je le ferais savoir aux gens quand l'heure sera venue. En ce moment je pense à faire des stickers et un peu de merch mais je me demande ce que les gens veulent vraiment.