Après le succès de leur premier EP What You Need que nous offrions en avant-première l'année dernière, le combo lyonnais Nina revient en très, très grande forme sur cette nouvelle sortie : Derealization. Tout comme le précédent, cet EP vous est offert sans contrepartie. Un cadeau de valeur, quand on s’aperçoit de la qualité des quatre morceaux proposés, largement aussi intéressants que la plupart des bangers de house qu'on reçoit à la rédaction.

On a rencontré les deux membres du projet, qui nous parlent de 9mm, de rave ou de leur live à quatre mains. Stream juste ici, et téléchargement en bas de page.



Nina est un duo de producteurs originaires de Lyon. Actifs depuis 2005 dans une formation dub/dubstep live, Nico et Denis ont été profondément marqués dès 2007 par la production des pionniers du dubstep comme Skream, Kode9 ou DMZ. Ils découvrent à ce moment là l'incroyable richesse de la scène UK. Dès la fin de leur projet instrumental en 2012, ils décident de lancer un nouveau live : Nina.

Le son s'impose naturellement, puisant dans l’héritage du mouvement early rave, de programmes comme Dance Energy ou The Grind, de l'énergie du son de Chicago et New York des 90's et de la UK house. Avec seulement deux EPs au compteur, leur live à quatre mains leur a déjà permis de partager la scène au coté d'artistes tels qu’Objekt, Bambounou ou Torb lors de scènes comme les Nuits Sonores ou les soirées Tunnel à Paris.

Le duo est productif, et très vite ils se rendent compte qu'ils ont assez de morceaux à proposer pour offrir régulièrement un EP au public. C'est dans ce contexte de live-act bien rodé que se dessinent les contours de cet EP : Derealization.

1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

On nous le demande souvent. Sans vouloir laisser trop de mystère, c’est le prénom de quelqu’un à qui on voulait rendre hommage. Et on trouvait cool l’idée de prendre un nom féminin, Nina, ça a un côté sexy… C’est aussi un 9mm en slang américain, ça nous a tout de suite plu à tous les deux.

2/ Qui se cache derrière ?

Denis et Nico. On se connaît depuis le collège et on a commencé à faire de la musique ensemble très tôt. On a toujours été dans les mêmes groupes, on a les mêmes amis… Un vieux couple, en fait.

3/ Qui d’autre gravite dans votre team ?

On est en discussions avec pas mal de labels en ce moment. Certains nous approchent sur l'efficacité des tracks, mais peu proposent une vision qui nous corresponde vraiment… On a beaucoup de musique en stock, le live commence à vraiment bien tourner. Beaucoup de sons en sortent assez naturellement, comme cet EP... On veut surtout partager notre musique avec des gens qui la comprennent et avec qui on puisse écrire une belle histoire.

4/ Votre parcours en quelques mots-clés ?

On vient tous les deux du dub puis du dubstep. On était dans la même formation live (Denis au sampler/synth et moi à la basse), avec deux autres membres. Quand le projet s’est arrêté, on a commencé à produire tous les deux sur Reason, parce qu’on avait les mêmes influences dubstep uk, comme Skream, Kode9, Digital Mystikz… En gardant le nom de notre ancienne formation. Comme on produisait de plus en plus de sons House et UK Garage, on a décidé de repartir à zéro et de changer de nom.

5/ Au lycée vous étiez plutôt quel genre ? Et côté musique ?

On était genre hybride baba cool / skater qui écoutait High Tone et du rap indé genre Def Jux ou Anticon. De vrais rebelles, haha ! Ça a façonné notre son d'aujourd'hui bien plus qu'on pourrait le croire !



6/ Si vous deviez définir votre son aujourd’hui…

Un mélange de Dance Mania, de UK House, de samples R&B… Quelque chose qui donne envie de danser, malgré tout ce qui peut se passer, tout simplement. C’est notre motto depuis qu’on a commencé Nina : DANCE MUSIC !

7/ Parlez-nous un peu de cet EP…

On a voulu sortir des rythmiques assez classiques qu'on avait mis en place sur nos anciens tracks. Faire quelque chose de plus efficace, travailler le groove, les syncopes... et surtout produire des tracks vraiment destinés au live. Toutes les dates qu’on a faites depuis l’année dernière ont vraiment changé notre façon de produire.
On compose de façon beaucoup plus libre qu’avant, à l'instinct, sans se dire ça doit sonner comme ci ou comme ça... Le principal étant juste que les gens prennent du plaisir en nous écoutant, et que le dancefloor soit bien bien chaud !

8/ Votre set-up sur scène ?

Un laptop avec Ableton Live, qu’on contrôle avec deux APC. On découpe nos morceaux en loops sur Cubase et on se répartit tout : les rythmiques, les synths, les samples, etc. Ça nous permet de gérer l'arrangement comme on veut, et de ne jamais jouer le même live deux fois de suite. On se sent beaucoup plus à l'aise en live qu'en DJ set, et généralement, ça se sent pour le public.

9/ Quoi de prévu pour votre prochaine date ?

Un live à quatre mains, des tracks inédits, de l’énergie… C'est notre truc !

10/ Si je regarde un peu votre playlist du moment, j’y trouve quoi ?

Plein de trucs ! Drake, Memphis Bleek, Mase, Ugk, Chaz French, The Diplomats, Jeremih, Isaiah Rashad, East Flatbush Project, Future, The Internet, Tory Lanez… On écoute aussi ce qui sort chez Skylax, Mood Hut, LIES Records, Clekclekboom… Sans compter les tracks des potes !

11/ Il y a quoi à l’horizon pour vous ?

Ce nouvel EP Derealization, des dates... On veut aussi diffuser plus de tracks que l’année dernière. On produit énormément et on a envie de le partager. Peut-être sortir nos morceaux de façon régulière, comme les “Good Friday” de Kanye West par exemple. On a vraiment accumulé plein de matière !

12/ Un dernier mot ?

Remerciements éternels à Trax qui nous soutient depuis le début, et PEEV qui nous a fait confiance tout de suite, qui nous conseille et nous aide à faire avancer Nina.


Téléchargez l'EP ici