Tu produis de la musique électronique depuis maintenant 25 ans. Où en as-tu entendu pour la première fois ? Ellen Allien disait récemment avoir découvert ce genre de sonorités, comme pour la quasi-totalité des Allemands qui ont grandi dans les années 70 et 80, avec “Das Model” de Kraftwerk

Ma mère a toujours eu des goûts musicaux très éclectiques. Un jour, elle est revenue avec deux albums de Kraftwerk, Autobahn et un autre dont je ne me rappelle plus le nom. Je suis resté complètement scotché à ce groupe, je n'avais que 8 ou 9 ans.

Il y a un morceau assez marrant – et très bon – dans ta discographie : “Venasque”. Dedans, tu samples trois “monuments” de la culture française : le jingle de “Rire & Chanson”, “Les Wagonnets” de Michel Jonasz et un sketch d'Elie & Dieudo. Je pense qu'on ne pouvait pas faire plus improbable comme sample dans un morceau de musique électronique, surtout quand tu es Français et que tu connais ces références. Peux-tu nous en dire plus là-dessus ?

C'est marrant que tu me demandes ça. C'est simple, j'étais en vacances à Venasque. Dans la maison qu'on louait, il y avait un petit ghettoblaster, et – un peu par hasard – on est tombés sur “Rires et Chansons”. Plus tard, j'ai juste halluciné par le groove hyper funky du morceau de Michel Jonasz. J'ai immédiatement couru chercher une cassette pour pouvoir l'enregistrer, et le sketch qui passait après est resté sur l'enregistrement. The rest is history

De façon plus générale, comment trouves-tu tes samples ? Qu'est ce qui te fait dire “celui-là, il faut que je l'intègre à un morceau” ?

C'est différent à chaque fois. Parfois, tu le sais directement en l'écoutant. Il m'arrive aussi d'en utiliser dans un morceau et en fait ça ne colle pas… Tu ne sais jamais, en fait.

Tu fais partie du club très privé des artistes ayant collaboré à plusieurs reprises avec les Daft Punk, avec ton remix de “Burning” et leur interprétation de ton morceau “Chord Memory”. Comment les as-tu rencontrés pour la première fois ? Maintenant qu'ils ont complètement quitté la sphère électronique, il t'arrive encore de leur parler ?

Une chose est sûre, il y avait beaucoup de respect entre nous. Je les ai contactés pour la première fois pour leur demander un remix, ils étaient assez touchés puisqu'ils aimaient vraiment ce que je faisais à l'époque. Je crois que j'étais un des premiers, le troisième en fait, à leur demander de remixer un morceau. Un peu plus tard, je suis parti en tournée avec eux, c'est la seule fois où j'ai dormi dans un tourbus… Il m'en reste plein de souvenirs marrants. Je me rappelle être beaucoup allé au musée et au cinéma quand on était à Munich et Hambourg. Je ne suis plus en contact avec eux, cela dit, ça serait drôle de les croiser.

Il y a quatre ans, tu disais “la créativité vient avec la discipline”. C'est quoi la discipline que tu t'imposes au quotidien, en studio ?

Par discipline, je voulais dire que c'est important de se rendre en studio tous les jours. Pas seulement quand tu dois finir un remix ou un autre projet, c'est aussi important d'enregistrer un morceau sans savoir si tu vas le sortir ou non. Autrement dit, je pense que la bonne musique sort plus facilement de ta tête quand tu es dans un mood particulier, quand ce n'est pas forcément prévu. Par exemple, quand tu rentres de tournée, c'est très dur de se remettre à travailler en studio tous les jours, mais c'est nécessaire.

Dernièrement, il y a plus de producteurs que par le passé, surtout avec l'avènement des Myspace, Soundcloud ou Bandcamp. Il y en a certains qui ont retenu ton attention récemment ?

Map.ache, Monoloc, Trikk, Ant Orange, Amelie Lens.

Tu es passionné de musique brésilienne, tu te rappelles la première fois qu'on t'en a fait écouter ?

Je me souviens qu'un soir à Porto, il y a un paquet d'années maintenant, un DJ passait tous les classiques de samba et de bossa nova, et je me suis rappelé en avoir entendu dans mon enfance. J'ai couru vers le DJ booth et demandé au mec de me noter les noms des artistes qu'il venait de jouer. Après je n'ai eu cesse de collectionner les disques de musique brésilienne.

Tu as commencé à produire et à mixer au début des années 90 à Berlin. Tu as donc vu l'évolution de cette scène techno depuis le début, quel souvenir gardes-tu de cette époque ? Quel est ton regard sur ce qu'elle est devenue aujourd'hui ?

Au début des années 90, la scène berlinoise était crasseuse et désorganisée par rapport à aujourd'hui. Tous les week-ends, il y avait plein de fêtes, mais jamais dans le même endroit, ça changeait tout le temps. Le public était beaucoup plus hétéroclite et on pouvait jouer de tous les styles de musique. Je me souviens avoir traversé Berlin avec mon pote Alec Empire, la différence entre l'Est et l'Ouest crevait les yeux. Hard Wax [disquaire mythique qui a largement participé à la diffusion de la techno à Berlin, ndlr] était toujours situé sur Reichenberger Strasse la première fois que j'y suis allé. On est arrivés devant avec Alec, je lui ai dit : “Tu es sûr que c'est ici ? Il n'y a rien autour, pas même un magasin ou un restaurant ?!”. Kreuzberg était un quartier très tranquille à l'époque. Mais j'aime ce qu'est devenu la ville, d'ailleurs j'y vis toujours.

As-tu des projets à venir ?

En ce moment, je travaille dur sur mon prochain album, j'espère l'avoir fini en juin/juillet et le sortir en septembre. De nouvelles sorties sont également à prévoir sur mon label, Pooledmusic : un EP de trois tracks intitulé Turakina. Je ré-édite aussi mon album Meridian avec des remix inédits de Bicep, Oskar Offermann et Mathias Schober. Enfin, je suis en train de finir mon maxi Silvershower pour mon sous-label techno, Montage.

ENGLISH VERSION

You've been producing electronic music for 25 years now, what was your first contact with that genre ? Ellen Allien recently said that, like most of german kids growing in the late 70's/early 80's, she heard electronic sounds for the first time hearing Kraftwerk' “Das Model”…

My Mum always had a really eclectic taste in music. She bought 2 Kraftwerk Albums, one was Autobahn the other one i can’t remember. I remember being totally hooked to that album, i was only 8 or 9 years old.

There's a very funny – and also very good –  track in your discography, “Venasque”, in which you sample three french “monuments” : the jingle of “Rire & Chanson”, “Les Wagonnets” by Michel Jonasz and a sketch from humoristic duo Eli & Dieudo. You surely couldn't find more unexpected elements to use in an electronic song, especially when you listen to it as a french citizen… Can you tell us the story of that track ?

Hahaha it’s a funny one. I was on a holiday in Venasque. The house we rented had a small ghettoblaster and for some reason we had Rire et Chanson on. When i heard Michel Jonasz I freaked out because it was such a funky track. I immediately ran to find a tape to record it, plus the sketch that came after. The rest is history...

By the way, how do you find your samples generally ? What makes you say “This one is the one, I have to use it in a track” ?

It’s a always different. Sometime you know it right away, sometimes you think it’s good but when you play around with it you don’t feel it anymore. You never know.

You are one of the very rare artists who worked twice with Daft Punk, remixing “Burnin” and letting them do their own version of your “Chord Memory”, how did you ended up to get in touch with them ? Basically what's your story with the french duo ? Are you still in touch with them, now that they completely moved on from the “electro scene” ?

I think everything came from mutual respect. They were really honored when I asked them for a remix, I think I was the third Person ever, they told me they really loved my stuff. Later on I did a remix for them and also went on tour. That’s the only time ever in my career I had to travel and sleep on a tourbus… so much fun. We went to a lot of museums and cinemas in Munich and Hamburg i think. I’m not in touch with them these days, would be fun to see them though.

You said in an interview four years ago, “creativity comes from discipline”. What's your daily discipline ? Do you still produce music everyday ?

Discipline in a way that i think it’s important to go to the studio every day. Not only to go there when you have to finish some remix or other project, it’s also good that you work on something where you don’t have a clue if it’s going to be released at all. In other words in my opinion you create the best music when you’re in a flow. The discipline you need is when you for a example get back from a long tour overseas and you have to work hard to get back into that flow. It’s always a struggle even after so many years of doing this.

There has never been more electronic producers, especially regarding the rise of Soundcloud, Bandcamp, etc. Are they some young producers that catched your attention recently ?

Map.ache, Monoloc, Trikk, Ant Orange, Amelie Lens.

Can you tell us more about your love story with brazil ? Do you remember the time when you first got in touch with brazilian music ?

I remember going to Bar in Porto, Portugal many years ago and the DJ was playing all the samba/bossanova classics and i thought “Wait a minute , i remember hearing these when i was a kid”. I ran to the DJ and asked him to write me down the names of the artists. From then on I started collecting them all.

Being a house producer in the early 90's, you've almost seen the Berlin Techno scene from its beginning, what souvenir do you keep from that period ? What's your opinion on how it has evolved, now that it has become a major touristic place for all the clubbers all around the world ?

Berlin in the early 90’s was way more rough and unorganized. You had parties in a different venue every weekend. The crowd was more mixed than these days and you could play different styles over the whole night. I remember driving with my friend Alec Empire around town, the difference between east and west was huge. Hard Wax was still at it’s original location on Reichenberger Strasse. When I went there the first time I asked Alec “Are you sure the shop is here ? There’s nothing, no other shops or restaurants ?!” It was way more quiet in Kreuzberg back then. It’s great how it changed and I love living here.

You recently announced that you had a new EP coming out on Pooled Music soon, can you tell us about it ? Do you plan to work on a next album ?

I’m currently working hard on my new abum, hopefully i can be finished in June/July and have it released by September.

Appart from your productions, what's next on Pooledmusic ?

First up is a new EP with three brand-new tracks, Turakina EP. After i’m re-releasing my album Meridian with a special Remix EP including mixes by Bicep, Oskar Offermann and Mathias Schober. Also i’m just finishing a new Silvershower EP for my techno sub label Montage.