1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

J’ai choisi Cimer quand j'ai commencé à produire avec mon meilleur pote, c’est ma manière de big up tous les artistes qui m’ont influencé. Je cherchais à leur rendre hommage quelque part, et Cimer est une façon pour moi de leur dire “merci” à chaque fois que je produis un nouveau son.

2/ Qui se cache derrière ?

Un artiste, producteur. Beaucoup d’idées et de rêves en tête, trop peu de temps pour les réaliser.



3/ Qui d’autre gravite dans ta team ?

Mon crew, c’est POSA, une bande de potes passionnés de musique et d’arts graphiques. L’histoire de ce crew représente tout pour moi.

POSA, aka Paroles Originales Sans Artifices, aka Otman, c’était mon pote auquel je faisais référence plus haut, celui avec qui j’ai découvert l’amour du rap français et qui m’a fait adorer le beatmaking autant que la production de son plus club. Malheureusement, Otman est décédé en 2011… Suite à cet évènement tragique, mon équipe s’est disloquée… Alors j’ai décidé, il y a deux ans, de créer POSA (Produit Original de Satisfaction Auditive, cette fois), un crew qui redéfinirait cet amour qu’on avait tous pour la musique et l’art en général. Mais également de ressouder les liens qui se sont cassés suite à la mort de notre meilleur ami.


“Ce que je fais, c’est de la musique contemporaine influencée par ce que j’aime.”

Aujourd’hui, presque deux ans après sa création, POSA vit plus que jamais. J’ai entièrement produit notre premier EP sorti en octobre, logiquement intitulé P.O.S.A., ça nous a pris la moitié de l’année environ et nous sommes d’ores et déjà sur d’autres projets, peut-être un nouvel EP…



4/ Ton parcours en quelques mots-clés ?

Travail, passion, détermination… Mais aussi la chambre, le studio, les concerts… Surtout le studio.

5/ Au lycée, t’étais plutôt quel genre ? Et côté musique ?

C’était la période où, avec Otman, on expérimentait un peu tous les styles. On avait accès à une salle de répèt’ dans notre petite ville de Saint-Chamond où on a pu jouer avec plein de gens, en formation classique : batterie, guitare, synthé, micro, etc. À cette époque, on a aussi fait quelques soirées mémorables qui nous ont communiqué l’envie de continuer et d’arriver là où on en est aujourd’hui, et même d’aller encore plus loin.




6/ Si tu devais définir ton son aujourd’hui…

Je pense que mon son est un condensé de tout ce qui m’influence. J’ai sorti deux EPs produits et masterisés avec quelques plugs crackés d'Internet en 2015 : ils représentent bien mon son [Internet et Red Falcon EP, ndlr]. Disons que ce que je fais, c’est de la musique contemporaine influencée par ce que j’aime. Et je produis aussi des beats rap, RnB pour mon crew POSA.



7/ Parle-moi un peu de tes dernières sorties…

Internet est mon premier EP, celui qui illustre ma face club, sombre et expérimentale ; quand j’aime que les basses tapent et fassent vibrer les lasers du club au rythme effréné des percussions.

Red Falcon, le deuxième, exprime mon côté plus tranquille, aux samples diggés avec amour et passion. Les influences sont d'ailleurs bien différentes de celles d’Internet.

Enfin P.O.S.A., le premier projet pour le crew, est un EP rap éclectique avec des productions aux samples puisés dans des sources d’inspirations notamment cinématographiques.



8/ C’est quoi ton set-up sur scène ?

Mon set-up varie pas mal, mais en général, pour un DJ set, j’utilise mon APC configuré pour Traktor ou des CDJ, quand il n'y a que ça. Pour le live, c’est Ableton, APC et Push pour contrôler les clips et laisser place à un peu d’improvisation (Push, c’est l’outil ultime du producteur sur Ableton).

9/ T’as prévu quoi pour ta prochaine date ? C’est quand d’ailleurs ?

La prochaine est le 27 février au Ninkasi KAO à Lyon avec Sinjin Hawke, Zora Jones et DJ Slow. C'est une soirée organisée par le Ratchet Lab, il y aura aussi UJO, King Doudou et Noï. Je vais aussi en profiter pour passer quelques nouveaux sons en préparation et pouvoir me défouler un peu sur du 160 bpm !



10/ Si je regarde un peu tes playlists du moment, j’y trouve quoi ?

Dans mes mix, tu trouveras franchement de tout et beaucoup de sons frais. D'ailleurs, chaque semaine avec Kill Kyll, on sort une POSA Play sur SoundCloud, une playlist des sons sortis dans la semaine. On essaie de découvrir et faire découvrir aux autres de nouveaux artistes.



Sinon, ces derniers temps, ça reste plutôt orienté rap ou hip-hop : Kanye West, Future, Travis Scott, IloveMakonnen, Lil Uzi Vert, Young Scooter, A$AP Rocky, Fekky, Skepta… En français j'ai Booba, PNL, Infinit’ zin, globalement l’équipe Don Dada, et j’ai adoré les dernières prods de DJ Kore et Bellek, le dernier projet Ténébreuse Musique avec Alk et Sidisid…

En terme plus strictement électronique, je passe dans mes mixes du Pelican Fly, Future Brown, Sinjin, Zora, Canblaster, Richelle (le daron), l’équipe de Bromance, Brodinski, Club Cheval, Louisahhh… Le crew de footwork Teklife ou la clique de Lucky Me (Hudson Mohawke, Rustie, S-Type...)



11/ Il y a quoi à l’horizon pour toi ?

2015 m’a permis de faire de nombreuses rencontres musicales, sortir trois différents projets qui ont contribué à peaufiner mon son et mon image. Alors en 2016, j’espère pouvoir faire signer le nouveau projet sur lequel je suis en train de travailler, le réaliser en live avec Kill Kyll et choquer le cerveau des gens ! Continuer sur cette belle lancée, multiplier les projets, réaliser nos rêves…

12/ Un dernier mot ?

Merci Trax pour cette interview ! Le fait que des inconnus puissent tomber sur ton Soundcloud, kiffer ta musique et s’intéresser à toi jusqu’à t’offrir une interview, ça fait vraiment plaisir et donne la force de continuer dans cette voie, même dans les moments difficiles.

cimer