Photo en Une : © Quentin Roux

1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

Adrien : On va débuter l’interview par une révélation décevante : il n'y a aucune histoire croustillante autour de ce nom. C’était un mélange de sonorités qui nous plaisaient. Difficile d’expliquer clairement l’origine de cette idée.

2/ Qui se cache derrière ?

Adrien et Grégoire, potes de longue date, originaires du Grand Ouest.

3/ Qui d’autre gravite dans ta team ?

Adrien : La famille s'agrandit au fil du temps, on fait partie d'un collectif nantais nommé Artefaact depuis 2014, dirigés par nos gars Léo, Max et Simon (de délicieuses personnes). On a été adoptés plus récemment par une deuxième famille, le crew Imported Paris, on sort d'ailleurs un various en mars, aux côtés de nos garrigueurs Dub Striker, Ortella et Seamus.

Grégoire : Sans oublier notre vieille canne NPHS alias Nounouille qui a sorti un track sur la dernière compile du label de Ringard (Dance Around 88). Et j'en place une dernière pour nos petits préférés d'Hellyum qui pensent à nous à chacune de leurs étincelantes soirées Warehouse.

4/ Ton parcours en quelques mots-clés ?

Adrien : On a commencé à s'intéresser à la MAO vers nos 16 ans. Pour ma part, j'étais plutôt orienté musique électronique. Après des premiers pas chaotiques sur Ableton, je traîne encore quelques morceaux douteux sur mon ordinateur. Grégoire produisait des instrus hip-hop, et c'est en se rencontrant un peu plus tard qu'on a expérimenté un projet de musique électronique ensemble, baptisé CKSNL. On est passés par différents styles, influencés par les tendances de l'époque.

5/ Au lycée, tu étais plutôt quel genre ? Et côté musique ?

Adrien : Electronique, définitivement !

Grégoire : Ce genre de naze qui se pense « puriste » et qui n'écoute que du son 90's new-yorkais… La latche.


6/ Si tu devais définir ton son aujourd’hui…

Grégoire : Il est souvent en mutation. Sur l'EP Clark St, on a fait quelque chose dans l'ambiance house 90's. Désormais, on écoute d'autres choses, d'autres artistes qui influencent nos compositions. Musicalement parlant, on aime explorer des horizons différents.

Adrien : Actuellement, on essaie de faire des tracks un peu plus club, une deep house aux sonorités plus actuelles, tout en essayant de garder un style qui nous est familier.

7/ Parlez-nous un peu de cet EP…

Grégoire : Clark St. EP est sorti en septembre 2015, ca faisait quelque temps qu’il était sur le feu. On avait balancé le moreceau "Clark St" sur notre SoundCloud fin 2013. Le disque s'est construit autour de ce track à partir du moment où Jamie Trench est venu nous proposer de sortir quelque chose sur son label Roots for Bloom (fin 2014). On était soulagés de voir sortir cette galette : le projet s’est étalé sur de longs mois, ce qui a engendré pas mal d'appréhension et de doute le jour de sa sortie. On manquait d’objectivité et de recul. Le fait d'avoir eu de bons retours a été un vrai soulagement, ca reste notre petit baby !

Adrien : Les homies de la Chinerie sont venus nous contacter après la sortie de Clark St. Ils avaient bien accroché et avaient le projet de sortir un VA avec uniquement des producteurs français. L'idée nous a plu et on leur a proposé des démos. Ils en ont choisi une ("Barbès") qu’on a peaufiné et finalisé pour le various Chalutier du Havre. On est très fiers d'être aux côtés de ce bon vieux Deepah, Joss Moog, S3A, Janeret, Nos G's Dub Striker, Ringard et Sweely sur cette galette.

8/ C’est quoi ton set-up sur scène ?

Adrien : Set-up classico. Rien de très extravagant. On roule avec deux CDJ et deux MK2. L'heure n'est pas encore au live encore, on prend beaucoup de plaisir en DJ Set pour le moment.

9/ T’as prévu quoi pour ta prochaine date ? C’est quand d’ailleurs ?

Grégoire : On commence à ressentir les retombées du Clark St EP et de "Barbès" sur le Various Chalutier du Havre : on a de plus en plus de dates pour les prochains mois. Il me semble que la prochaine c est à Lille avec l'efficace DJ Steaw. On en a deux autres à Paris pour le mois de mars, le 12 à la Confiserie pour la release party de Chalutier du Havre avec l'équipe du VA mais aussi le 19 avec l'Imported Family au Punk Paradise. Be there ! On a d'autres gigs à Rennes, Nantes, et Nancy.

10/ Si je regarde un peu tes playlists du moment, j’y trouve quoi ?

Grégoire : Dans ma playlist, en ce moment, tu retrouveras forcément pas mal de musique électronique au sens large. Dans ce qui est plus récent, du Mandar, du iO (Mulen), Brawther, Hostom (what a tueur), Dorisburg, John Dimas….Je m’envoie pas mal de French house 90’s en ce moment aussi (Julien Jabre, DJ Gregory, DJ Yellow) ils me fascinent. Pas mal de rap Us toute périodes confondues, toutes villes confondues (Freddie Gibbs, Le$, Devin The Dude, Outkast, Cousin Stizz). Toujours un peu de fonk et de R&B.

Adrien : Je vais répondre par quelques morceaux qui me mettent doux en ce moment :


Isaiah Rashad - Nelly
Quadron - Sea Salt
T.T.C (Nick Holder) - A Word From Mr. Prince
Ron Trent – Traveler
MOi - Untitled (A1)


11/ Il y a quoi à l’horizon pour toi?

Grégoire : Grosse soirée à Nantes avec nos bons gars d'Artefaact. Les deux ans du crew qui va se solder par des KO techniques. Avec des special guests qui se remettent en selle depuis plusieurs années, les intrépides Mood II Swing, ça va être chaud ! On va organiser une résidence avec Artefaact sur Nantes, probablement à partir d'avril ou mai qui s'appellera Clark St. Residency mais on est pas certains du residency, ça sonne un peu Sebastien B en DJ set sur la Costa Brava.

Adrien : Imported sort son premier various artists en tant que label en mars donc vous pourrez nous retrouver dessus avec notamment Ortella, Seamus (notre délicieux hooligan) et nos gars Dub Striker. On aura carte blanche pour les line-up. Stay tuned ! Et bien sûr, on travaille sur nos prochains EP. On est sur des coups mais on ne peut rien dire hein…

12/ Un dernier mot?

Nénufar.