Photo en Une : Flavien Prioreau

Voilà maintenant plus de 25 ans que Dave Clarke a entamé sa carrière de DJ/producteur, sans jamais dévier de sa ligne directrice : la techno. Celui qu'on appelle aussi "le Baron de la techno" aime rappeler de temps à autre son intégrité sans faille, et par la même fustiger le retour de hype autour du genre dont il est un des meilleurs ambassadeurs :

Finally change is about to happen and then everyone that played this will claim to be Techno just like when Minimal collapsed: http://pulseradio.net/articles/2016/02/why-tech-house-needs-to-just-f-k-off

Posted by Dave Clarke on Monday, February 8, 2016

Dave Clarke illustre ici son propos par un article paru sur le site de Pulse Radio, où le DJ Chandler Shortlidge explique pourquoi "la tech-house doit aller se faire foutre". Clarke s'est amusé à commenter : "Enfin, le changement est en passe d'arriver, tous ceux qui jouaient de ça vont se revendiquer de la scène techno, exactement comme lorsque la minimale s'est effondrée."

Dave Clarke par Flavien PrioreauPar Flavien Prioreau

Une critique acerbe qui fait écho à notre interview avec le "Baron", à lire dans le dernier numéro

Quelle est ton opinion sur le son Berghain et le retour en grâce de la techno pure et dure ?

C'est vrai que pour moi, ce retour en grâce de la techno est génial. J'éprouve presque une forme de fierté d'être resté fidèle aux choses auxquelles je crois. Mais pour être honnête, je suis davantage fan du Tresor. Le Berghain et toute cette prétendue vague techno industrielle, pour moi, ce n'est pas industriel du tout. Simplement, certains ont fait l'erreur d'en faire un truc trop cool. De ce fait, ce n'est plus une question de musique, mais davantage d'image et de drogues. Les gens prennent des tranquillisants pour éléphants et ils trouvent que c'est cool. Après, il y a aussi ces artistes qui te disent qu'ils ont toujours aimé ce son, alors qu'ils essaient juste de revenir car la techno est à la mode. C'est toujours la même chanson. Je ne citerai pas de noms mais j'ai envie de leur dire : « Mec, j'ai toujours joué de la techno. Pourquoi, toi, tu n'en jouais plus ? » On m'a beaucoup critiqué pour cela. Parce que je ne suis pas passé à la minimale qui était si trendy. OK, certains ont vraiment aimé et poussé ce style. Mais la plupart ont juste essayé de rattraper le train pour faire partie du mouvement. Ces mecs veulent en être, mais ils ne sont pas techno et ils ne le seront jamais.

Comment expliques-tu le fait que des artistes techno comme toi ou Laurent Garnier soient encore têtes d'affiche dans les gros festivals ?

...

Lire la suite dans le dernier numéro de Trax Magazine, actuellement disponible en kiosque