Photo en Une : © Thomas Prunier

Parlez-nous d'abord de votre rencontre avec Tour-Maubourg, qu'est-ce qui vous a plu dans sa musique ?

On a rencontré Pierre l’an passé, après qu’il nous a envoyé des démos par mail. À l’époque – et c’est toujours plus ou moins d’actualité – on n’avait pas dans l’idée de signer un nouvel artiste, mais musicalement on a matché tout de suite. Il y a quelque chose de presque romantique dans sa musique, dans son approche de la production également. C’est une couleur qu’on n'avait pas forcément sur le label. On l'a invité sur plusieurs dates du label avant de commencer à bosser sur ce premier EP.

Vous travaillez une nouvelle fois avec un artiste français, en l'occurrence parisien, issu d'une scène que vous aviez déjà mise en avant avec vos compilations Habemus Paname. Vous allez continuer dans cette direction ?

Sans que ce soit une volonté particulière de se fermer aux artistes d’autres nationalités, on aime bien effectivement mettre en avant les jeunes producteurs Français. En même temps, c'est une scène tellement dynamique et intéressante aujourd’hui qu’on ne peut qu'être fier de travailler avec ce vivier d'artistes !

Il y a un artiste émergent qui vous a tapé dans l'œil ?

Il y en a beaucoup, mais comme expliqué plus tôt, on ne souhaite pas forcément signer un nouvel artiste. D’autant plus que nous sommes plutôt dans l’optique de suivre un mec sur le long terme plutôt que de s'arrêter après un seul maxi. Après, un artiste que je suis personnellement et que j’aime beaucoup c’est Pépe, un Londonien qui vient de signer sur le très bon label Renascence.

Vous restez sur le créneau house ou vous prévoyez d’ouvrir la ligne artistique du label ?

On ne va pas du tout se limiter ! On travaille d'ailleurs depuis longtemps avec Kx9000 qui produit plutôt des morceaux axés disco et acid. Sur le dernier volume de nos compilations Habemus Paname, sorti en janvier, nous présentions également notre dernière signature, avec Tour-Maubourg : TAOS, qui est très tourné vers le broken beat. Même au sein de la house, nous essayons de représenter différentes tendances : certaines plutôt jazz, d’autres plutôt deep, d’autres plus funky… C’est plus intéressant d’avoir cette sorte de kaléidoscope musical.

Vous fêtez à la fin de l'année vos deux ans d'existence. Quel est le projet dont vous êtes le plus fier ?

Honnêtement on n’a pas de projet dont on est le plus fier, et ce n'est pas de la langue de bois. On a cette chance d’accompagner pas mal d’artistes aux univers assez marqués et différenciés pour qu’humainement chaque projet de disque soit intéressant et enrichissant à sa manière. On tisse des liens assez étroits avec les producteurs. À côté de ça, nos compils Habemus Paname nous permettent de rassembler tout ce beau monde : l'intention de nos projets n'est jamais la même.

Votre prochaine sortie ?

Motus ! Pour l’instant nous sortons ce premier EP de Tour-Maubourg et on se concentre là-dessus. La release party aura d'ailleurs lieu le 4 juin à La Java.

Tour-Maubourg se produira également aux côtés de Kx9000 le 18 mai prochain au pub Klein, pour la troisième édition du Billard Grolsh_llandais Tour. Au programme, tournoi de billard hollandais, bière et house music !