Photo en Une : © ElectroBooking / Crystal Distortion

Simon se produira en live avec son acolyte de la première heure 69db, sous leur alias commun R-ZAC ; le ponte du frenchcore Radium, moitié de Micropoint, viendra parfaire le plateau de cette soirée d’anthologie, qui célèbre les 10 ans du collectif Paramaniac.

   À lire également
Les ex-Spiral Tribe co-organisent un festival en faveur des réfugiés

Plus de vingt ans après que les Spiral Tribe ont importé les raves et le teknival en Europe, au début des années 90, le son de Crystal Distortion n’a pas pris une ride et incarne à lui seul toute une conception de la free party : joviale, sauvage et sans prise de tête.

Trax : Comment vois-tu l’évolution musicale de la hardtek depuis 20 ans ? Certains pourraient avoir l’impression que le genre n’a pas trop bougé, qu’en penses-tu ?

Les personnes qui ont créé ce style ont constamment évolué, et continuent à le faire. Cependant, pour les producteurs qui se sont intéressés à la hardtek par la suite, il y a nécessairement une période de familiarisation, et donc d’imitation de ce qui existe déjà, avant de pouvoir passer à la prochaine étape en expérimentant. Vu de l’extérieur, cela peut donner l’impression que rien n’a changé, mais l’important pour nous, ce ne sont pas vraiment les dernières petites trouvailles en matière de production, pas vrai ? C’est plutôt de créer un état de transe, de dissoudre son égo pendant quelques heures.

Ce live a été enregistré au Sri Lanka. Tu peux nous décrire un peu l’ambiance, le public de cette teuf ?

Le public était très différent de ce dont j’ai l’habitude, car c’était essentiellement un festival de trance. Heureusement, ils ont été très ouverts à ce que j’ai joué, et comme je passais le lundi matin après une nuit de hi-tech implacable, tout le monde était content d’avoir quelque chose d’un peu plus chill pour profiter du soleil. Je remercie l’équipe d’Atman Festival pour ce merveilleux moment, c’était cool.

Qu’est-ce qu’il se passe dans ta tête quand tu fais un live comme ça ? Qu’as-tu envie d’envoyer aux danseurs ?

À vrai dire, je ne réfléchis pas trop, je ne fais que pousser des boutons ; si tu veux une vraie réponse, il faut que tu interroges directement la musique !