Nicolas Jaar ne fait jamais rien comme les autres. Génie musicale d'à peine 26 ans, il met la blogosphère en émoi à chaque mouvement depuis ses débuts en 2008 sur Wolf + Lamb, avant de s'envoler en solo avec son premier label Clown & Sunset où il y affine sa house bruitiste singulière puis son premier acclamé album de 2011, Space Is Only Noise.

Après une parenthèse expérimentale avec Pomegranates en 2015, réécriture de la B.O. d'un ancien film soviétique, ainsi que son projet Darkside en duo avec le guitariste Dave Harrington, Jaar sortait un nouvel album solo studio le 30 septembre 2016 sur son second label Other People. Et au sein de la redaction, Sirens divisait. Génie ou dilettante ?

   À lire également
Nicolas Jaar : génie ou dilettante ?

Mardi 10 janvier 2017, et quelques mois après son exceptionnel live à l'Elysée Montmartre, l'Américano-Chilien est revenu sans prévenir partager une version rallongée de sa dernière œuvre. Via The Network, la mystérieuse radio du site de son label (chaîne 333), il dévoile un seul nouveau titre qui, selon Pitchfork, s'intitulerait "Wildflower". Coincé entre "Killing Time" et "The Governor" (soit les deux premiers titres de l'album), "Wildflower" sublime un disque auquel il manquait peut-être un peu de longueur et apporte une touche de douceur supplémentaire avec une lente valse psychédélique sous-marine et vocale.

"Wildflower", à découvrir à 10:24 min.

Nicolas Jaar - Sirens (Network Version)