Photo en Une : ©Sydney Klasen

Tout porte à croire que Strip Steve n'est pas Français. Il habite Berlin, signe quasiment toutes ses productions sur la plateforme de Boys Noize et reste l'un de ses favoris. Sa house intelligente (qui a pris le pas sur ses premières productions de 2007 qui lorgnaient sur l'electro) revêt les mêmes couleurs que le label suédois Local Talk et le garçon vient tout récemment de tromper sa maison mère allemande avec celle de l'artiste Librarian et sa nouvelle chapelle made in Danemark, Waxtefacts (Straydogpalace, Real D, Interstate, DJ Storch), dont Strip Steve en est l'un des parrains.

Et pourtant, Théo Pozoga vient bien de Bordeaux. Artiste rare et confidentiel, si Strip Steve n'est pas sur toutes les lèvres, c'est qu'il ne le veut pas, se limitant à une ou deux releases maximum par an – toujours impeccables. Ce qui ne l'empêche pas de balancer des remixes, des mixes ou des tracks de temps à autre, ou d'avoir des projets annexes comme son duo avec SCNTST, 2 High.

Sa dernière sortie sur Boysnoize Records remonte à l'année dernière, l'excellent Crowd Control Pt. II EP qui s'écoutait déjà sur Trax. En 2016, c'est donc chez Waxtefacts que ça se passe, Steve signant deux titres pour chacune des deux compilations (et deux premières sorties du label), usant de sa notoriété pour développer ce projet.

Ce WXTFX003, soit l'EP intitulé The Dogs Days et prévu pour le 23 septembre, lui est dédié. Deep house mélancolique et harmonieuse, influences hip-hop et soul revendiquées, EQ réglé sur "vintage" et volonté limpide de ne pas livrer ce que l'on attend de la house music. La formule Strip Steve marche toujours, la preuve avec ce premier titre en avant-première :

The Dogs Days EP de Strip Steve, le 23 septembre via Waxtefacts

strip steve
Artwork intitulé "U Kraba" par Zoya Cherkassky-Nnadi