La première fois avec... Katuchat

1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

Au risque de décevoir, ce nom n’est pas vraiment recherché et n’a pas vraiment d’histoire. Je trouvais simplement que ce mot sonnait bien. Évidemment, il y a un clin d’œil aux chats, qui sont mes animaux préférés, mais ça ne va pas plus loin que ça. Pour ceux qui se posent la question, ça se prononce "Ka-tu-cha", avec un "u".

2/ Qui se cache derrière ?

Je m’appelle Maxime et j’ai 23 ans, mais ça ne fait que deux ans que je fais de la musique de façon sérieuse. Quand je ne produis pas (ça arrive), je me retrouve souvent à dépenser inutilement l’argent que je n’ai pas, et parfois j’achète des trucs cools comme un collier à strass pour mon chien ou des boucles d’oreilles que je ne porterai jamais.

3/ Qui d’autre gravite dans ta team ?

Ceux qui gravitent réellement autour de moi, c'est mon label, Moose Records : Andrea, Julia Losfelt ainsi que Nude – qui sont tous de Tours, d'où je viens également, ce qui facilite les choses. Mais je dois admettre que lorsqu'on se voit, c'est rarement pour faire de la musique. Ensuite, il y a aussi la gravitation virtuelle, comme Rusty Hook avec qui je partage à peu près tout tandis que nous sommes assez éloignés tant sur le plan physique que musical. Je me dois également de citer Weird Inside, qui figure d’ailleurs sur un track de mon EP, avec qui j’ai énormément de points communs et dont j'estime l'avis.

4/ Ton parcours en quelques mots-clefs ?

Mon parcours musical est plutôt banal. Il y a évidemment eu la présence d’une guitare – comme tout adolescent qui se respecte – mais j’étais bien plus focalisé sur le fait d’écouter de la musique que d’en créer. C’est quand j’ai découvert des artistes tels que Cashmere Cat ou encore Carmack, il y a maintenant des années de ça, que j’ai eu une sorte de révélation et que je m’y suis essayé aussi, au début, juste pour bidouiller. Ma passion pour la musique a alors pris un tournant totalement différent et continue d’évoluer sans cesse. Le jour où j’ai innocemment téléchargé Ableton, j’étais bien loin d’imaginer que la production prendrait au fur et à mesure une telle importance dans ma vie.

5/ Au lycée t’étais plutôt quel genre ? Et côté musique ?

Au lycée j’étais du genre insupportable, le clown de service pas méchant mais pourtant bien chiant – je n’en dirai pas plus ! Sur le plan musical, c’est à cette époque que j’ai commencé à vraiment écouter de la musique électronique. J'étais à l'opposé de mon style d'aujourd'hui, j’écoutais plutôt des artistes comme Skrillex ou encore Porter Robinson. À cette époque, d’ailleurs, je n’avais absolument pas l’objectif de faire de la musique.

Katuchat

6/ Si tu devais définir ton son aujourd’hui…

Cette question si simple et essentielle est pourtant la plus difficile à répondre. Un élément de réponse se trouve certainement dans mes influences : Lapalux, Shlohmo, Flying Lotus, parfois Cashmere Cat, des tracks ambient et fluides tout en ayant un rythme soutenu. Je ne prétends pas créer une musique ou ambiance similaire à la leur, mais ce qui est certain, c'est que sans eux, Katuchat ne sonnerait pas comme ça.

7/ Parle-moi un peu de cet EP…

Cela fait presque un an que je travaille dessus et il représente beaucoup pour moi – dont une contradiction avec mon EP précédent qui, aujourd’hui, ne me plaît plus du tout – trop simpliste, peut-être. Avec le temps vient forcément un peu plus d’expérience mais aussi de maturité, on retrouve également ma guitare qui est bien plus présente, et puis pas mal de samples qui viennent tout droit de mon téléphone... Cet EP est bien plus personnel et bien plus à mon goût, je peux dire que je suis fier de mon travail. Je me demande bien à quoi ressemblera le prochain !

8/ C’est quoi ton set-up sur scène ?

Mon set-up est loin de faire des envieux, je n’utilise la plupart du temps que deux clés USB branchées sur des platines CD : je ne fais que des DJ sets pour l’instant. Évidemment, dans un futur que j’espère proche, je compte construire un live... Quand j’aurai un peu plus d’argent (et éventuellement de couilles).

9/ T’as prévu quoi pour ta prochaine date ? C’est quand d’ailleurs ?

Ma prochaine date est ce samedi 3 septembre ! Je fais la release party de mon EP au Nuba et je compte les heures car mon label Moose Records ainsi que Divine – ceux qui se cachent derrière mon booking – ont vraiment fait un beau travail en invitant Sluga et plein d’artistes auxquels je tiens beaucoup, alors j’ai vraiment hâte.

Katuchat

10/ Si je regarde un peu tes playlists du moment, j’y trouve quoi ?

En ce moment, je dois dire que j’écoute essentiellement du Aphex Twin, je me nourris littéralement de tous ses albums. Ensuite, il y a beaucoup de Flying Lotus, et de manière plus générale, les types chez Brainfeeder sont des aliens pour moi. Récemment, les dernières tracks de Bon Iver m’ont vraiment secoué, Justin Vernon m’impressionne vraiment. Après, je ne pense pas faire dans l’originalité, mais Frank Ocean prend une bonne grosse place dans mes playlists avec ses deux albums surprise (pourtant si attendus qu’ils étaient presque devenus un mythe). Je les trouve tout deux absolument majestueux. Pour finir, il me faut mentionner son collègue de talent, James Blake, dont je ne me lasse ni de son dernier ni de ses précédents albums. Sur son propre label d'ailleurs (1-800 Dinosaur), j’écoute beaucoup Klauss qui parvient à créer un univers envoutant qui me correspond totalement.

11/ Il y a quoi à l’horizon pour toi ?

Je n’ai pas la moindre idée de ce qui se trouve à l’horizon, je ne sais même pas ce que je vais dîner ce soir, alors il ne faut pas trop m’en demander. Je suis dans une période de ma vie qui comprend beaucoup de changements, il m’est donc encore plus difficile d’avoir une petite idée de mon avenir, proche ou lointain. J’espère évidemment y trouver beaucoup de réussite, mais pour l’instant faire de la musique coincé dans ma chambre suffit amplement à me satisfaire. On verra !

12/ Un dernier mot ?

Make soundcloud great again.

Lapis Lazuli EP de Katuchat, le 2 septembre sur Moose Records