Dans la famille des projets chelous et brillants à la fois, on allait forcément finir par trouver Nicolas Jaar. Si le producteur nous a habitués à des aventures étonnantes – comme ses collaborations avec le musicien Dave Harrington–, il franchit un nouveau cap avec The Network.

nicolas jaar

Cette nouvelle création est tout à fait inédite. Elle propose une expérience riche, interactive et curieuse, une chasse aux cent trésors. The Network se présente sous la forme d'un site Internet interactif, sombre et énigmatique. Le visiteur est d'abord accueilli violemment par des bruits sourds de cryptage, comme si l'antenne de votre ordinateur venait de lâcher. On l'invite ensuite à saisir un chiffre compris entre 0 et 333. À chaque nouveau chiffre, vous rejoignez une nouvelle fréquence qui cache son lot de surprises. 

S'il y a une vertu que Nicolas Jaar aime transmettre à son public, c'est la patience. Ses performances live au sein du duo Darkside en sont une preuve irréfutable. Il pousse encore le concept avec Other People Network. Parmi les 333 fréquences de sa webradio, on trouve de tout. Des brouillages indécryptables, des débats politiques, des paroles qui font réfléchir et des morceaux sortis d'une autre dimension. Il y a du rock psychédélique, de l'ambient, des musiques indescriptibles mais toujours aussi géniales. The Network surprend à tous les coups, à l'image de la fréquence "Hardcore Ambient" qui s'avère diffuser du hip-hop à l'ancienne, ou la "Red Bull Sponsored Revolution" qui cache la Petite musique de nuit de Mozart. On ne spoilera pas trop mais on peut également noter une lecture inquiétante de la Bible sur la fréquence n°54 ou un discours de David Harvey sur fond de Taylor Swift sur la 78. Sinon, on a bien aimé la numéro 222.

Plus on digge cette webradio, plus on réalise que ce projet est à la fois musical et politique. D'un côté, on fait le tour des influences, des projets passés et futurs de Nicolas Jaar (et de son label Other People), de l'autre, on réfléchit. Le degré d'engagement qui transparaît dans les radios "non-musicales" est même assez surprenant. Critique du capitalisme, réflexion autour des religions ou sur les standards de beauté... On vous conseille la 315, qui, dans ce genre, se démarque avec style. Nombreux sont les sujets à être passés à travers l'esprit de Nicolas Jaar. Après avoir passé plusieurs heures sur The Network, plus de doute : ce mec est un vrai génie. De son côté, il conseille de visiter le réseau de cette manière : "Je dirais que les fréquences 324, 195, 108, 243, 225 et 33 sont de bons points de départ. La 333 sera quant à elle un bon point de chute. Voilà tout, à plus tard sur la route".

La semaine dernière, le  New-Yorkais débarquait sur Twitter en faisant du bruit. Cet artwork posé comme premier tweet avait immédiatement retenu l'attention. Sirens sera-t-il le nom de son prochain opus ? Très probable, d'autant plus que la fréquence 333 de The Network porte le même nom.

On vous laisse maintenant vous perdre dans l'immense réseau concocté par Nicolas Jaar et son équipe. Indice : les runes en haut de votre écran simplifieront la navigation.