Après avoir enchaîné les courses de motocross, Steve Roach a appris à jouer du synthé en autodidacte à vingt ans. Admiratif des grandes envolées électroniques de Tangerine Dream ou encore de Klaus Schulze, ce natif d’Arizona est devenu l’une des grandes figures de l’ambient dans les années 80. Sur Bandcamp, il raconte comment il a retrouvé deux beaux tracks de l'époque, qui ont bien failli finir aux oubliettes :

« J’ai fouillé les nombreuses boîtes d’archives de cassettes datant de la fin des années 70 au début des années 80. La plupart était étiquetées avec des titres obscurs écrits en sténographie, ou n'avaient aucune indication. ‘Emotion Revealed’ était l’une de celles sans étiquette, mais la cassette Maxell en chrome était comme neuve. En l’écoutant à nouveau, je me suis instantanément rappelé ce morceau, que j'étais à deux doigts de sortir au début des années 80. »

Enregistré en live en 1983, ce premier morceau était directement inspiré par la musique électronique allemande de l’époque. Enchanté par ces retrouvailles, le producteur poursuivit sur sa lancée. Il a alors déniché « Firelight », que sa mère avait stockée dans sa maison d’enfance à San Diego.

Très différent du premier, ce long track atmosphérique avait été enregistré en 1982, dans le cadre d’une installation artistique écologique conçue par Rita Yokoi. Il inaugurait le style qui allait devenir la marque de Steve Roach dans les 80’s, inspiré par les longues étendues désertiques du Sud-Ouest des États-Unis qui ont marqué son enfance.