• Neuropolitiks (1998)

Vers 1996, je me suis retrouvé à faire quatre dates en France pour la mini-tournée de DJ Hell organisée par mon pote Laurent Micheli. J’avais sorti quelques temps auparavant mon premier maxi – sous le pseudo Calyptol Inhalant – sur Harthouse, le label de Sven Väth. DJ Hell accrochait bien à mes lives et m’a demandé de lui envoyer des morceaux. Ce que j'ai fait. Résultat : mon morceau « Innerwood » est sur la première sortie de Gigolo, le label qu’il était en train de monter : le Gigolo 01 !

  • Vicious Game (2001)

Par la force des choses, je me suis retrouvé dans cette vague electroclash avec les autres Français de Gigolo, Miss Kittin & The Hacker, Terence Fixmer et Vitalic. Par contre, je ne me suis jamais senti appartenir à quoi que ce soit, même si je revendique une attitude rock dans l’électro. J’aime la dégaine rock&roll, cette ambiance. J'ai beaucoup écouté Ludwig Von 88, OTH ou Bérurier Noir.

Les soirées Gigolo étaient mémorables. On a joué un peu partout dans le monde, en Amérique du Sud, au Japon, en Australie, en Europe. J’ai plein de bons souvenirs de ces années, notamment au Sónar à Barcelone ! À l’époque, « Vicious Game » était mon tube, un track qui était joué par les 2 Many DJ’s, Tiga, James Murphy ou Felix Da Housecat.

  • Moskow Reise (2003)

Je suis plutôt solitaire, je n’ai jamais couru après les collaborations, même avec des stars. Je ne peux vraiment en faire qu'avec des amis, avec qui je suis en confiance. Comme ici, pour ce « Moskow Reise » composé avec The Hacker et Millimetric.

La nationalité de l'artiste n’est pas très importante dans la techno, mais il y avait tout de même toute cette clique de Français chez Gigolo. DJ Hell jouait avec ça d'ailleurs, sur les pochettes, les affiches : le côté Français séducteur qui fait tomber les nanas.

Après la French Touch, qui était une vague complètement parisienne, il y a eu toute cette génération de producteurs entre techno et electroclash auquel j’appartiens. Mais comme nous étions en province, The Hacker à Grenoble, Vitalic à Dijon, Terence Fixmer à Lille, moi à Marseille, les médias en ont moins parlé.

  • Extreme Body (2004)

J’ai principalement été influencé par la scène électronique européenne des années 1980. L’EBM bien sûr, avec Nitzer Ebb ou Front 242, l’électro pop de New Order ou Depeche Mode, et aussi la new wave pour certaines de mes mélodies. J’aimais aussi le côté dark de l’indus, des groupes comme Einstürzende Neubauten, Throbbing Gristle et Psychic TV, mais ça ne s'entend pas dans ma musique. Le punk et le rock alternatif ont par contre sûrement du influencer ma façon de balancer des slogans, avec des mots qui claquent.

Je ne sais pas si ma musique a influencé de plus jeunes producteurs, mais c'est toujours flatteur lorsqu'on voit une filiation avec certains producteurs récents. Tout le monde sait que j'ai soutenu Gesaffelstein dès ses débuts, certains de ses premiers titres sont sortis sur une compile de mon label Space Factory. À l'époque, il me demandait des conseils sur les synthés que j’utilisais, la technique pour produire tel son ou telle ligne de basse, je suis content que sa musique ait très bien marché. La mienne est brute de décoffrage. La sienne est dans la continuité, plus actualisée, avec des breaks.

  • New Love (2008)

J’ai monté le label Space Factory en 2003 avec ma femme Isabelle. L’idée était de se faire plaisir, de pouvoir sortir ce dont on avait envie. Isabelle faisait les pochettes, dans l’esprit un peu 70's, disco, avec des nanas sexy. Gigolo était moins intéressé par mes morceaux, j’ai donc sorti mon album Rodeo Disco directement sur Space Factory. « New Love » est extrait de cet album.

Sur Space Factory, on a sorti pas mal de maxis, toujours dans la veine électro-électroclash, de musiciens comme Yan Wagner, The Populists, Museum ou Millimetric. Et aussi les albums d’Adriano Canzian ou de Nomenklatür. Évidemment, le label a évolué avec la crise du disque : fini les CDs. Même les vinyles sont devenus trop chers. Aujourd’hui on ne sort plus que du digital, environ quatre maxis par an.

Cette année, on a sorti la compile Galactic Creatures, avec des titres inédits ou rares d’Anthony Rother, Djedjotronic, Radioactive Man, Voiron, etc. Un disque hommage à la vraie musique électro, celle d’Aux88 et d’Anthony Rother.

  • Escape From You (2010)

C’est un morceau d’Aerobic, un projet parallèle que j’ai monté avec ma femme, Gigi Succès. Nous faisons la musique ensemble et elle chante dessus. Ce projet est plus new wave et disco. Nous avons publié un mini-album huit titres en 2011 et fait quelques lives. Mais le projet est en pause : nous avons fait un enfant juste après.

  • Station To Station (2014)

Depuis quelques années, j’ai complètement changé de vie. J’habite dans un petit village en Ariège, un peu retiré du cirque de la musique électronique. Je fais encore quelques maxis, sur mon label ou sur Zone, le label de The Hacker et Gesaffelstein. (« Station To Station » est extrait de l'EP Land Of Sin sorti sur Zone, ndlr.).

Je profite de ce cadre de vie, à la montagne, avec ma femme et mes filles. Et je ne cours plus après les gigs, mais si j’en fais encore quelques-uns. Je me concentre sur la musique et je travaille à côté pour vivre, dans la rénovation de maisons.

Il y a aujourd’hui tout un côté de la musique électronique que je n’aime pas du tout : l'EDM, ce public de beaufs, Ibiza, les DJ qui s’aspergent avec du champagne… Tout cela, ce n’est pas la techno et l’électro que j’ai aimées et que j’ai défendues.

BONUS : le clip de "Kill Your Radio" (2004)

=> David Carretta - Two Decades : A Retrospective via Unknown Pleasures Records

Tracklist du podcast TRAX.170

01- Andrew Claristidge & Henning Specht - Modular Choirs
02- Aga Wilk - Cold Disko
03- Tuxedomoon - What Use (Heinrich Mueller Technik Mix)
04- Paresse – Nada
05- The Hacker - Jupiter Skyline
06- Kraftwerk - Metal On Metal
07- DJs Pareja & Tom Tom Clubber – Multimedia
08- Kaycee - Love Will Tear Us Apart Again
09- Iñigo Vontier - Whisp!
10- HIV+ - Adrenalina (Millimetric Remix)
11- David Carretta – Transcontrol
12- Front 242 - No Shuffle (David Carretta Edit)
13- Nitzer Ebb - Warsaw Guetto