Interview croisée entre Ascion & D. Carbone

D. Carbone : Tu t'occupes de l'aspect graphique de Repitch, 3TH et de notre nouveau label Cosmo Rhythmatic, t'assurant que l'esthétique colle bien avec le style de musique. J'ai vu que tu bossais sur de la production vidéo avec la même passion que celle que tu as pour la musique. Du coup, est-ce qu'un jour nous aurons la chance de voir Ascion travailler sur une performance A/V de nous deux ou même sur une collab' vidéo avec Honzo [alias de D. Carbone, ndlr] ?


"À la fin, c'est la musique qui reste, pas ton moment de gloire perso de quand tu as signé ton track."

Ascion : Je me le demande parfois... J'aimerais trouver le temps mais plus important encore, trouver la bonne période pour retravailler sur un projet A/V, parce que ça demande des idées précises ainsi qu'un certain dévouement pour obtenir des résultats satisfaisants. Bien sur que j'aimerais collaborer avec Honzo. Pendant toutes ces années j'ai vu ta musique prendre plusieurs directions mais j'adore cette veine expérimentale chez Honzo. Il semblerait que ce soit en train de devenir un point clé de ton voyage. Comment en es-tu arrivé là et quelle sera ta prochaine expérimentation ? Tu as encore d'autres projets en tête ?

D. Carbone Photo 2 by Luca Caciagli
D. Carbone par Luca Caciagli 

D. Carbone : J'ai crée Honzo lorsque je me suis senti prêt à faire quelque chose de différent. J'adore la techno et j'adore D. Carbone, ce sont mes racines. Mais Honzo est quelque chose sans aucun compromis qui ne peut être catégorisé. C'est quelque chose de plutôt émotionnel, bien plus personnel en même temps et bien plus complexe. J'ai utilisé mon alias D. Carbone pendant un bon moment maintenant, et j'ai senti avoir besoin de quelque chose qui ne s'associait pas directement avec moi-même. C'est comme ça qu'est venu Honzo : une nouvelle personnalité. D'ailleurs j'ai une sortie qui arrive, un mini LP qui s'appelle Das Unheimleiche prévu sur Haunter Records pour le 24 février. Aussi, je vais sortir un remix sur Arboretum et je suis en train de bosser sur des projets pour 3TH et Cosmo Rhytmatic...


"Les nombres n'impressionnent que les idiots."

Et toi, ça fait un moment que tu n'as plus sorti de tracks originaux ? En février, notre collaboration sur 3TH et ton Black Sun EP vont sortir... T'as quoi de prévu après ça ?

Ascion : Oui, c'est vrai qu'en 2014 j'ai rien sorti du tout et j'ai apprécié ça. J'ai passé du temps sur mes recherches et à vivre comme tout le monde, sans cette étiquette de 'producteur'. J'ai toujours pensé préférable d'attendre le bon moment plutôt que d'avoir cette sorte de 'd'appétit de gloire' ou des conneries du genre. À la fin, c'est la musique qui reste, pas ton moment de gloire perso de quand tu as signé ton track. Les nombres n'impressionnent que les idiots. Maintenant, la prochaine sortie après le 3TH005 sera mon Public Head EP qui contiendra cinq tracks originaux. Chacun a été produit avec une approche et un style différents mais en même temps embrasse ces fréquences qui définissent mon 'son', et j'en suis plutôt satisfait d'ailleurs ! Après ça j'ai un autre EP de quatre titres qui arrive sur un très intéressant label hollandais, Deep Sound Channel. Et avant ces deux là j'ai un Split Vinyl avec un producteur américain... Je ne peux pas donner de noms mais cette année mon agenda sera bien plus rempli ! Maintenant tu gères trois labels, Repitch, 3TH et Cosmo... Pour chacun, tu es en collaboration avec une tierce personne. Est-ce que, dans un certain futur, tu voudrais avoir quelque chose de plus personnel ou représentent-ils déjà entièrement ton style musical ?

D. Carbone : J'adore mes labels et il y a une énorme part de moi-même à l'intérieur de chacun mais... j'aimerais ouvrir mon propre label. Je préfère y aller par étape et les bonnes choses arriveront quand ce sera le moment. Pour le moment je suis focus sur ces trois labels qui me prennent déjà beaucoup de temps... mais sait-on jamais ! À une époque où la music est constamment en train de changer, où parfois l'industrie du disque va plus vite que la création, où situes-tu ta musique ?


"L'industrie de la musique, sur certains aspects, récompense d'une certaine façon ceux qui veulent frimer."

Ascion : Je ne suis pas vraiment les tendances et je vois que l'industrie de la musique, sur certains aspects, récompense d'une certaine façon ceux qui veulent frimer. Donc ma musique est aux frontières du business. Je vais continuer de créer à ma manière et seul le futur nous dira la suite ! Comme tu l'as dit, la musique est elle-même dynamique ! Je lis souvent dans tes descriptions que tu veux représenter le déclin de la société à travers tes beats... À quel point trouves-tu que notre région d'origine (dans la province de Naples, sur la pente du Vésuve) et sa situation sociale ont une influence sur tes/nos productions ?

Photo Ascion
Ascion

D. Carbone : Je pense que ça nous influence beaucoup, particulièrement par notre province qui a toujours été une sorte d'endroit décadent. C'est toujours mon chez moi, là d'où je viens et là où j'ai grandi. Bien que la mentalité des gens sur place soit très différente de la mienne, cet endroit me donne la volonté de la jouer différemment, de partir et de me construire une nouvelle perspective de vie. Je ne fais pas de la musique qui peut s'associer à la scène Naples, je préfère l'associer à celle des gens avec qui je travaille et qui pensent de la même manière que moi.

--°--

Retrouvez Ascion sur : Facebook  Twitter  Soundcloud  Discogs  REPITCH

Retrouvez D. Carbone sur : Facebook  Twitter  Soundcloud  Discogs  3TH-records

English version

D. Carbone: You are in charge of the graphic aspect of REPITCH, 3TH and our new label, Cosmo Rhythmatic, always making sure to aesthetically match it with the style of music. I saw you're working on video production with the same passion as your work on your music. What I want to know is if, one day, we will get the chance to see Ascion working on A/V performances or maybe even get to work on a video collaboration with Honzo [D. Carbone's alias]?

Ascion: Sometimes I am contemplating that... I want to find the time and most important the right period to work again on A/V projects, because it needs clear ideas and a certain dedication to achieve acceptable results. For sure I would like to collaborate with Honzo in any ways. Over these years I saw your music evolving in different directions but I really like the experimental vein of Honzo. It seems like it's becoming a key point in your journey. How did you get there and what's your next experiment? Do you have more projects in mind?

D: I created Honzo when I felt that I am ready to do something different. I love to make Techno, I love D. Carbone. These are my roots but Honzo is something without any compromise that cannot be classified. It is something rather emotional, much more personal and at the same time, much more complex. I have been using my Name — D. Carbone — as alias for a long time and now I felt that I needed something that was not associated with myself directly. That's how I came up with Honzo: it's like another personality of mine. I have one upcoming release as Honzo, a mini LP called Das Unheimleiche on Haunter Records that will be out on the 25th February. On top of that, I will release on Arboretum with Shadows remix and I’m also working on some stuff for 3TH and Cosmo Rhythmatic...

D: It's been a while that you have not released any original tracks... In February, our collaboration on 3TH and your Black Sun EP will be out... Do you have any further plans after these two releases?

A: Yes, in 2014, I haven't released anything and I liked it. I spent time to go ahead into my research and into my life without being a "product". I always think it is better to wait for the right moment than having any sort of 'hunger of fame' or similar bullshit. In the end it is the music that remains out there, not your personal moment of glory when someone sign your tracks. Numbers amaze only fools. Now, the next release after the 3TH005 is Public Head EP, it contains five original tracks. Each one has been made with a different approach and style but at the same time embraces those frequencies that define my 'sound', I am quite happy with it! After that I have another four track EP coming out on a very interesting Dutch Label, Deep Sound Channel, and before these two I have a Split Vinyl with a US producer... I cannot say names and so on but this year my schedule is more full!

A: Now we are managing three record labels, Repitch, 3TH and Cosmo... All of them are in collaboration with third person. Would you like to have something more personal in the future or do they already fully represent your music style?

D: I love my labels and there is a huge part of myself inside of them but… I would like to open my own label. I prefer going step by step and good things will follow in right time. Now I’m more focused on these trois labels that already accounts for a big parts of my works… but no one can say what will happen!

D: In an era where the music is constantly changing, where sometimes the music business is faster than music creation, where do you place your music? A: I am not such a follower of new trends, I see that the music scene, on certain aspects, is often rewarding those who want to show off in certain ways. So my music is more on the borders of the business. I will continue my way of creation and the future will tell what will happen! As you said, music is dynamic itself!

A: I often read in your descriptions that you want to represent the decay of society through your beats... How much do you think our place of origin (province of Naples, on the slopes of Vesuvius) and the social situation there have influenced your/our productions?

D: I think it does influence us, especially our province has always been a sort of decadent place. It is still my home, it is where I come from and where I grew up. Although the mentality of the people there is very much different to mine, yet this gave me the will to make something different, to go away and build a new perspective of life. I’m not making music that can be associated with the Naples scene, I prefer to be associated with the people I work with and that think alike.