Photo en Une : © Jacob Khrist

« Le NAME a 15 ans. L’idée n’est pas de se retourner nostalgiquement en arrière, mais de réaffirmer les bases sur lesquelles on a fondé le festival : celles de la culture club underground des 90ies, des raves ! Bref, d’où on vient », se réjouit l’équipe de Art Point M, qui lançait la première édition du festival en 2005. Depuis, le NAME a bien grandi, et accueille au sein de sa programmation une série d’événements ambitieux dans différentes villes des Hauts de France, combinant pointures de la scène électronique mondiale, artistes émergents et acteurs culturels locaux.

Un premier événement, "Piano Platines", aura lieu le 27 septembre à la maison de la culture d’Amiens et verra la rencontre du pianiste improvisateur Jean-François Zygel avec APM001, trio des créateurs du festival composé de deux DJ’s et d’une VJ, pour une conversation musicale faite de sons et d’images. 

Les 11 et 12 octobre, place au Main Event. En début de soirée, des artistes des quatre coins du monde dénichés par le label Family NAME Records se produiront à la gare Saint-Sauveur de Lille. « Mystery AffairKadoshSantiago GarciaCoeusune palette sonore riche », annoncent les organisateurs. Les nuits appartiendront aux headliners qui se partageront la scène de La Condition Publique. Ellen Allien, marraine du festival depuis la première édition, Laurent Garnier, Jennifer Cardini, Modeselektor en live, Ben Klock, Len Faki, Maceo Plex sont quelques-uns des gros noms qui feront trembler les murs de l’ancienne usine textile réhabilitée en lieu de culture et en club.

Parallèlement, la NAME Academy prévoit une série d’ateliers destinés aux scolaires (du 8 au 11 octobre) et de master class adressées à tout public et brossant un panel large de sujets, parmi lesquels le logiciel Ableton, la synthèse modulaire, ou encore comment créer une émission de webradio. À ne surtout pas manquer, le samedi 12 octobre, la rencontre au sommet entre Florent Ladeyn, chef étoilé lillois engagé dans le manger local, et Laurent Garnier, pape de la techno française et grand amateur de gastronomie, pour un talk food and music.

Au coeur de ce bouillonnement, on trouvera aussi "NAME in the City", un off du festival dont s’emparent les acteurs locaux de Lille, Roubaix et Saint-Omer pour proposer une quarantaine d’événements. Le festival se clôture les 18 et 19 octobre par deux afterworks à Saint-Omer. Pour le moment, seuls les lieux sont annoncés : une ancienne prison et une chapelle jésuite, programmation musicale à venir...

Toutes les informations sont à retrouver sur le site Internet du NAME festival.