Photo en Une : © Laure Playoust

Fort du succès des Bals des migrant.e.s qui se tiennent depuis quatre ans chaque 13 juillet place Stalingrad, le Bureau d’Accueil et d’Accompagnement des Migrants (BAAM) a voulu frapper plus fort encore en lançant un grand rassemblement multiculturel, le BAAM festival, car « quelle plus belle arme que la fête pour nous faire entendre », comme peut-on lire sur leur site internet.

Avec comme parrain le rappeur Nekfeu, d’autres artistes prestigieux ont rejoint bénévolement la programmation, parmi lesquels les rappeurs Oxmo Puccino, Roméo Elvis, Dinos et Youssoupha ou encore le beatmaker DJ Pone et les artistes de Chinese Man Records. D'autres, plus modestes, se sont engagés dans le même sens, comme la DJ Paloma Colombe, qui s’exprimait récemment sur les raisons de sa participation au festival dans une interview dans Cheek Magazine.

   À lire également
Paris : Jeff Mills va jouer à la Gaîté lyrique pour soutenir les réfugiés

L'objectif ultime de l'évènement ? Mettre les demandeurs d'asiles au premier plan en les faisant participer à la programmation, avec notamment le groupe palestino-syrien Refugees of Rap. Autre façon de les soutenir, les programmateurs les ont aussi invités à participer à l’animation du festival : cours de langue, débats, stands de restauration... Autant de manière pour éveiller les consciences, toujours dans un esprit de fête.

À l’instar des Veillées électroniques à la Gaîté Lyrique, le BAAM - Migrants festival confirme que la culture se bouge et tente d'apporter des solutions et de rétablir, le temps d'un weekend, un peu de justice.