Photo en Une : © Jenn Nkiru

Dans son dernier documentaire Black Techno, la réalisatrice Jenn Nkiru, connue pour avoir notamment réalisée le  clip « Kong » de Neneh Cherry, rend hommage à l’importance des personnes racisées* dans l’avènement et l’histoire de la techno à Detroit. Pour ce faire, la voix-off est laissée à Juan Atkins, du trio pionnier de la techno, mais aussi aux réalisateurs et producteurs tels que  l'Anglais Kodwo Eshun ou l'Américain Greg Tate.

   À lire également
D'où vient la techno de Detroit: 1975-1982, les racines dancefloor de la motor city

Le documentaire, réalisé d’une façon expérimentale sous forme de spectacle visuel, explore la place des machines, de l’industrialisation et du travail d’usine dans la construction musicale de la techno de Detroit. Illustrant la formation et la disparition d’une classe « moyenne » racisée après les émeutes de 1967, (où une décente de police dans un bar afro-américain a provoqué des émeutes raciale de 5 jours, illustrant la politique raciste) l’impact et l’héritage de la Motown est annoncé. En 20 minutes, la réalisatrice retrace les coulisses du passage d’une techno de Détroit à Berlin et associe ainsi le développement de la techno berlinoise à la chute du mur, dont suivra la création du club et label emblématique du Tresor. On ne peut que vous souhaiter une bonne séance.

* Ici, personnes afro-américaines (vivant à Détroit)