Photo en Une : © D.R

Réalisé par Jacob Frössén, un documentaire produit par Arte retrace l'influence du batteur Klaus Dinger sur Iggy Pop, Stephen Morris (le batteur de New Order), mais aussi les pionniers de l'electro Kraftwerk. En 52 minutes, Aux avant-postes de la techno célèbre l'héritage de ce pionnier méconnu des années 70. 

   À lire également
1981-1988 : la naissance de la techno à Detroit

Bien avant Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson, le membre du mythique groupe de krautrock Neu! révolutionne la batterie en inventant le fameux motorik drum beat. Un rythme répétitif, dont les pulsations sur chaque temps produisent un effet hypnotique. Une quinzaine d'années après, il devient la référence pour les producteurs de dance music : le four to the floor.

« La grosse révélation pour moi, ça a été Neu!, c'était de la sauvagerie pure », confie Iggy Pop avec émotion. Le sentiment est partagé par les membres de Kraftwerk, qui pointent la puissance et la virtuosité de Dinger aux baguettes. Une puissance telle, relate l'une des personnes interrogées, que des gouttes de sang provenant de ses mains blessées giclent vers le public lors des concerts. Mais il en fallait plus pour dissuader Dinger d'interrompre son rythme implacable, d'où son surnom de motorik...


Le documentaire est disponible sur le site d'Arte jusqu'au 2 septembre.