Photo en Une : © D.R.

Durant la Fête de la musique à Nantes, un DJ aurait refusé de couper le son vers 4h30 du matin, selon des informations transmises par Ouest France. Les forces de l’ordre sont intervenues avec violence pour interrompre l'événement. Une opération qui a provoqué la chute de quatorze individus dans la Loire – un chiffre confirmé ce matin par le préfet de Loire-Atlantique.

Rien ne laissait présager d'événements malheureux durant la fête. Comme l’an dernier, un événement techno a été organisé sur le quai Président-Wilson et a rassemblé plusieurs milliers de personnes. À la mi-journée, une dizaine de soundsystems sont déjà installés et l’ambiance semble détendue, comme le montre cette vidéo.

Le son devait être coupé à 4h, un horaire fixé par le préfecture pour l’ensemble de la ville, rapporte CheckNews, service de fact-checking de Libération. Si pratiquement tous les soundsystems ont respecté la règle, un DJ aurait apparemment décidé de continuer à diffuser de la musique après cette heure. « Un soundsystem a dépassé un peu cet horaire en voulant mettre une dernière musique pour clôturer cette fête de la musique et remercier les gens venus s’amuser », raconte un collectif de DJ’s, interrogé par le média.

Une initiative relativement maladroite qui aurait entraîné l’intervention des forces de l’ordre, mais avec une violence inattendue. La soirée techno se termine par des coups de matraque, des gaz lacrymogènes, des grenades de désencerclement ou encore des tirs de LBD. La préfecture justifie l'intervention par des prises à parti et des jets de projectiles à l'encontre des forces de l'ordre. « Évidemment, il y a eu quelques rébellions (notamment des bouteilles ou des pierres lancées) et avec les effets de l’alcool, cela n’a forcément pas fait bon ménage », admet un témoin qui était sur place, avant d'ajouter que les projectiles ont été jetés, selon lui, pendant l’intervention, et non avant. L'affrontement a été filmé et transmis à la page web Nantes Révoltée. 


Quatorze personnes seraient alors tombées ou se seraient jetées à l’eau. Fort heureusement, des bateaux de pompiers patrouillaient le long de la Loire et ont pu les secourir. Toutefois, on reste sans nouvelle d'un fêtard dénommé Steve, présent au moment de l'intervention, comme l'indique un de ses amis dans un post sur TwitterSelon le média local Presse Océan, six personnes ont été transportées au CHU, pour des blessures légères, dont deux policiers.