Photo en Une : © D.R

Difficile d’imaginer des enfants s’endormir au son des drops du dubstep. Et pourtant, c’est bel et bien ce qu’a imaginé la pharmacie suédoise Apotek Hjärta, qui a créé un album entier de six berceuses remixées à la sauce wobble. Nommé Smashing Mosquito Summer Edition 2019, l’oeuvre produite par le duo Kloudmen a même sa propre mascotte : DJ Myggbetty, un moustique avec un casque audio vissé sur la tête, qui danse en plein air. 

L’objectif ? Protéger les enfants de piqûres. Si l’information peut sembler absurde, c’est pourtant ce qu’a affirmé une étude publiée dans la revue spécialisée en biomédecine et maladies infectieuses Acta Tropica le 1er avril dernier. Composé par Skrillex en 2010, le tube brostep "Scary Monsters and Nice Sprites" aurait en effet un impact négatif sur les fameux insectes suceurs de sang. Du moins, il les dissuaderait de sucer le sang de vos chers chérubins.

   À lire également
Écouter de la techno en faisant du sport pourrait être dangereux pour la santé

Selon les chercheurs, la musique perturberait particulièrement leur activité, et les empêcherait de se reproduire et d’attaquer. En réalité, les moustiques seraient même particulièrement sensibles au mélange d'aigus claquants et de basses puissantes caractéristiques du style.

Le dubstep serait-il en train de devenir une alternative crédible aux répulsifs à moustiques ?