Photo en Une : © D.R

Inspiré par le hip-hop et la musique électronique, Keith Haring a redéfini les frontières de l’art dans les années 80 avec ses petits bonhommes reconnaissables entre mille. La galerie Tate Liverpool revient sur sa carrière lors d’une exposition ouverte depuis le 14 juin 2019 et qui se poursuivra pendant cinq mois. Pour l’occasion, le légendaire label Soul Jazz dévoile la compilation The World of Keith Haring avec des artistes ayant influencé ou côtoyé le New Yorkais.

   À lire également 
Quand Keith Haring peignait sur le corps de la reine du disco Grace Jones

On y retrouve notamment son ami rappeur Fab 5 Freddy, l’électro de The Jonzun Crew ou le groupe expérimental de Jean-Michel Basquiat, Gray. En somme, cette compilation constitue un véritable hommage à l'artiste de la part d'une grande partie de la scène new-yorkaise de son époque.

Fasciné par les break-dancers, Keith Haring dessinait des corps ou des pictogrammes en mouvement (voir Trax n°220). Il invitait des danseurs ainsi que des DJ’s comme Juan Dubose pour jouer lors des ouvertures de ses premières expositions.