Photo en Une : © D.R

2019 aura été une bien triste année pour la nuit berlinoise. Après la fermeture des clubs Prince Charles, Arena et Farbfernseher, la série noire continue. Malgré une fréquentation solide participant indéniablement à l'attractivité touristique de la ville et à sa vitalité culturelle, une nouvelle liste de poids lourds fait face à une "menace existentielle", indique le site Electronic Beats. 

   À lire également
Berlin : Le tourisme de la techno aurait rapporté 1,4 milliard d'euros à la ville en 2018

En cause, non pas un avis d'expulsion ou de quelconques nuisances, mais un projet d'extension de l'autoroute A100 aux quartiers de Treptow, Friedrichshain et Lichtenberg, qui possèdent l'une des plus forte concentration festive de la métropole. L'épée de Damoclès planerait ainsi au-dessus d'une liste comprenant les clubs ://about blank, FIPS, Osthafen, Polygon, Else et Salon.

En réaction à cette annonce, un groupe de protestation s'est très vite constitué : A100 Stoppen !. Réclamant la préservation de ces lieux importants, mais aussi l'abandon des expulsions, ce dernier vise tout simplement l'abandon d'un projet qui, selon eux, induirait également la hausse des loyers et la dégradation de la qualité de vie au sein de la zone. Afin de marquer le coup, une "protest rave" se tiendra le samedi 25 mai dans un lieu symbolique, le pont routier Elsenbrücke, jonction entre les quartiers visés qui, si le projet aboutit, sera prolongé afin de les traverser de part en part. Y joueront notamment les pointures locales Fadi Mohem, Rodmin, Sebastian Voigt et Bloody MaryUne soirée dont le slogan scandé est : NO HIGHWAY THROUGH PARADISE !