Photo en Une : © S.C.


Intitulée « Sonoriser le fromage : expérience entre son et gastronomie», une l'étude a démarré en août dernier. Sur de petites meules d'emmental d'environ 40 cm de diamètre, huit mélodies ont été testées avec une enceinte diffusant de la musique en continu par des étudiants de la Haute école des Arts de Berne. Parmi elles, si "La Flûte enchantée" de Mozart rendrait le fromage plus équilibré, c'est définitivement le hip-hop, et en particulier un morceau du groupe A Tribe Called Quest qui donnerait à l'emmental un affinage « particulièrement fruité, tant en termes d'odeur que de goût », assure le chef Benjamin Luzuy, membre du jury, à la Radio Télévision Suisse (RTS), dans des propos rapportés par Futura Sciences. « Il y a des différences vraiment marquées, au point où l'on se demande si c'était le même fromage au début », poursuit-il. L'explication donnée à cette étrangeté : Les basses fréquences donneraient « des notes beaucoup plus douces et beaucoup plus florales ».

   À lire également
Un peu de MDMA dans les parts de Brie? Ce serait la nouvelle tendance des dîners britanniques

Pour Beat Wampfler, l'affineur qui a convaincu l'équipe de réaliser l'étude, les bactéries sont vivantes, donc sensibles aux ondes. Mais il n'est pas le seul à s'intéresser à la sonochimie, ou l'art de tester des résonances sur des corps solides. Le légendaire groupe de trash metal Metallica, lui, entrepose son propre whisky bourbon, Blackened, dans des fûts exposés à des ondes de basses fréquences afin « d'améliorer la structure moléculaire du whisky », comme l'indique Dave Pickerell sur son site internet, le distilleur qui a aidé à concevoir le breuvage.