Photo en Une : © Otto Zinsou

À la Java, « on fait attention à ce que les personnes qui ne sont pas les plus représentées dans le monde des musiques électroniques, sur les line-ups et sur le dancefloor, se sentent chez elles » commente Crame, DJ et programmateur des soirées Jeudi Java. Dans le cadre de ces dernières, un nouveau concept de soirée a été lancé pour tout le mois de mai : le Mai Gay. L’idée étant de « refléter la diversité et la richesse de la scène club parisienne », 15 DJ's gays se relaieront tout au long de ce mois de festivités.

   À lire également
Pourquoi cela vaut (carrément) le coup de sortir le jeudi soir ?

Avec comme objectif de célébrer les minorités et la mixité dans les milieux festifs en général, et en réponse à une scène actuelle encore trop peu familière avec les milieux LGBT, les organisateurs de ces soirées veillent à ce que « les personnes les plus marginalisées le jour se sentent vraiment à l'aise la nuit, dans les espaces qui sont créés pour elles, et c'est loin d'être évident », commente Crame. « LGBT, ça recouvre des réalités très différentes. Et queer est devenu un terme un peu vague et un peu trop à la mode à mon goût. Là, en mettant un gros sticker "gay", on assume le segment, la sous-catégorie, à un moment de l’histoire où "gay" n’est pas synonyme de "cool", alors que "queer" l’est »précise le DJ.

Niveau musique, de nombreux styles seront mis à l’honneur. De la house au hardcore, en passant par le baile funk ou le vogue beats, les différentes soirées veulent proposer une diversité musicale remarquable. Avec des artistes tels que DJ André, résident des afters KitKat du mythique club Palace, ou encore Ixpé du collectif Discoquette, la Java tend à représenter différentes générations, différentes origines identitaires, et différentes scènes existant au sein même de la scène parisienne, des ballrooms aux clubs périphériques. « Ça distingue aussi le Mai Gay des grosses soirées gay du "Circuit" comme on l'appelle, clinquantes et très riches en testostérone. Bref, on est dans une démarche underground. », termine Crame.

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de la Java, et celle du Mai Gay.