Photo en Une : © D.R.


Lors d’un référendum le 7 mai dernier, les habitants de la ville de Denver, capitale du Colorado, ont voté en faveur de la dépénalisation de la consommation de champignons hallucinogènes. Bien que la victoire ait été arrachée de justesse – avec 50,56 % des voix –, Denver devient la première ville des États-Unis à le faire. Décriminalisée, la consommation deviendra « la moindre des priorités des forces de l'ordre dans la ville et le comté de Denver » rapporte l’AFP. Il ne sera donc plus possible de poursuivre en justice quiconque aura consommé de la psilocybine, mais ni la substance ni sa vente ne sera techniquement autorisée.

Les partisans de cette mesure font notamment valoir l’usage médical de la psilocybine contenue dans les champignons, pouvant aider à soigner la dépression ou l’anxiété, sans provoquer d’addiction. Cependant, le psychiatre Charles Grob, spécialiste des psychotropes, précise au LA Times qu’il faudra un grand travail de prévention pour limiter les problèmes liés à la consommation de cette substance.

   À lire également
Les champignons seraient l'une des drogues les plus sûres au monde selon un nouveau rapport



L’état du Colorado avait déjà démontré son ouverture d'esprit en matière de drogues en étant le premier à autoriser l’usage récréatif du cannabis en 2014. La mesure fut suivie par neuf autres états, tandis que 30 états en autorisent l’usage médical. Le marché du cannabis pourrait représenter 22 milliards de dollars en 2020 aux États-Unis. Les champignons vont-ils devenir une nouvelle manne financière pour Denver ?