Photo en Une : © D.R.

Un nouveau magasin a ouvert ses portes à Nancy : le Music Kontrol. C’est un concept store, ou même plus exactement un electronic music store, « comme ceux que j’ai pu voir en Angleterre et aux États-Unis » précise Peter Olivier, fondateur du magasin. On y trouve de quoi équiper les amoureux d’électronique souhaitant accéder à du matériel de grandes marques (comme Roland, Novation, Korg, Moog, ou Arturia), pour le Djing, la production ou juste l’écoute, dédiés aux professionnels et semi-professionnels. Mais on y trouve aussi des goodies, comme des t-shirts Aphex Twin, du matériel de lumière, ainsi qu’un "bar de son" – sorte de salon d’écoute ouvert à tous – au fond du magasin, conjugué à un espace de détente et de discussion. À noter que Peter ne vend pas de matériel Pioneer DJ, pour des raisons commerciales (la marque japonaise imposant certaines contraintes) mais aussi personnelles : « je vends les machines que j’aime ».

Car Peter a en effet des opinions bien tranchées, admettant qu’il est un « puriste ». « L’électro, c’est devenu une fourre-tout galvaudé » affirme-t-il, « pour moi, l’électro c’est Drexciya, Doppler Effect, Model 500, c’est des beats saccadés avec des vieux synthés sur du hip hop un petit peu synthétique, avec toute une imagerie néo ou post-apocalyptique ». Une définition précise, celle d’un passionné, qui se conjugue avec des goûts affirmés, et parfois exclusifs : « S’il faut parler de Ben Klock ou Nina Kraviz pendant une heure, j’abandonne vite. » avoue-t-il. Ayant découvert l’electro par le biais de la musique originale du film Blade Runner signée par Vangelis, il se rend vite compte que Nancy a des atouts géographiques dans ce domaine : « On est près de l’Allemagne, de la Belgique, du Luxembourg », dit-il, « Tous les plus grands passent par chez nous. »

   À lire également
Guide de la fête en France : à l'Est, du nouveau



Fort de cette expérience, et après avoir géré un magasin généraliste pendant trois ans, il profite d’un soutien de la ville aux entrepreneurs pour lancer son magasin en avril 2018. « Le premier concurrent est à Strasbourg [à 160km de Nancy, ndlr] », précise-t-il, « et j’ai bien senti que les jeunes ont envie de voir un magasin comme ça. C’est le magasin que j’aurais moi-même voulu avoir étant jeune ».

S’il ne vend pas de vinyle, c’est parce que son meilleur ami tient une boutique de disque. Peter est toujours animé par le collectif, et c’est bien cet esprit qui pousse le vendeur à organiser des soirées dans son magasin. « Il y a une belle table dans la vitrine », dit-il, « avec des platines, où on mixe à même la rue, un peu comme à l’époque à Berlin ». Chez Music Kontrol, le passionné n’est jamais loin du vendeur.

Plus d’informations sur la page Facebook du magasin.