Photo en Une : © Loic Raharison

Pour sa dixième édition du 10 au 17 mai, le festival montréalais Chromatic investit l’Usine C, lieu phare de la création contemporaine au Québec. Centré avant tout sur des expositions d’art contemporain, croisant photographie, peinture et arts numériques, ce festival propose en outre des soirées musicales. L’idée : être à la fois pointu et accessible. « On a l’avantage et la chance d’établir notre programmation en fonction de ce qu’on aime et pas de ce qui marche. », expliquent les organisateurs.

Six soirées s'organiseront autour d’artistes montréalais. La soirée d'ouverture invitera le groove afro-house de Jaymie Silk, les rythmes gqom ou dancehall du trio Palma Disco, et la house de Mollygum. La soirée de clôture, quant à elle, permettra de profiter de softcoresoft, nom de scène de Leticia Trandafir, figure centrale de la scène électro de Montréal aux multiples casquettes : productrice, organisatrice de concerts, animatrice de radio… Elle a mixé ses titres aux énergies acid et trance dans le monde entier. On y entendra aussi Hugo LX, et sa house efficace – qui l’aura notamment conduit à collaborer avec Homeboy Sandman –, ou la Française expatriée Leëf. Cette édition sera l'occasion d'inaugurer une après-midi Warmup le samedi 11, en collaboration avec Vice. Au programme : JP Métis, jonglant entre ses origines philippines, l’acid house et le break, la funky G L O W Z I et Midori, fondateur du label MENACE.

   À lire également
Pourquoi le monde entier envie les nuits bouillonnantes de Montréal

Trax Magazine sera également présent sur le festival, coordonnant un débat autour du futur de la nuit montréalaise. Le rédacteur en chef Jean-Paul Deniaud y conviera softcoresoft, les collectifs Moonshine et OCTOV, et une élue de la ville. Cette discussion sera suivie de la première soirée Terrasse, autour d'Akantu, membre de Moonshine, ainsi que d’Omar Amdi et SYLA, tous deux DJ's d’OCTOV. Les deux autres soirées Terrasse sont organisées par d’autres médias : la radio locale CHOQ.ca invitera plusieurs de ses animateurs et chroniqueurs à mixer, tandis que le webzine montréalais Bolting Bits sera en charge de la troisième soirée.

Pendant la journée, le festival proposera des conférences et ateliers sur des sujets aussi variés que la place des femmes dans l’art contemporain, le crowdfunding ou l’écoresponsabilité dans l’art. Temps fort de ces conférences, l’artiste Pierpaolo Ferrari donnera un talk le samedi 11 mai à l’occasion de sa nouvelle exposition TOILETPAPER (du nom de leur magazine) avec Maurizio Cattelan, à la galerie Blanc, non loin de l’usine C. Le festival organisera par ailleurs un dimanche dédié aux enfants, avec de nombreuses activités dont une initiation à la musique électronique.

Plus d'informations sur l'événement Facebook et le site internet du festival.