Photo en Une : © D.R

Dans la nuit de samedi 23 à dimanche 24 mars 2019, entre 1 000 et 1 500 fêtards se sont retrouvés sur un champ privé du Grand-Auverné, près de Châteaubriand, rapportait hier le journal Ouest-France. Vers minuit, l'agriculteur propriétaire du champ réveillé par les basses est venu à la rencontre des ravers et leur a demandé de quitter les lieux. Face au refus des teufeurs, le propriétaire du terrain s'est résolu à entreprendre des mesures pour le moins impressionnantes.

   À lire également :
Lacrymo et tirs de flash-ball : une nouvelle free party se termine dans la violence.

Après avoir prévenu les autorités, il est vite revenu accompagné d'une quinzaine d'amis agriculteurs, tous juchés sur des tracteurs : « Après son appel, il est revenu sur place avec d'autres agriculteurs, aux commandes de 15 à 20 tracteurs contenant du lisier. Ils ont menacé les teufeurs de le déverser sur eux », explique Sébastien Desbrest commandant de la compagnie de gendarmerie de Châteaubriand. « Vers 2h30, le son de la musique a été coupé, les installations démontées et les personnes qui étaient en état de conduire sont reparties. » Les forces de l'ordre auraient joué ce week-end le rôle de médiateurs afin qu'aucun incident ne survienne et auraient incité les fêtards à rester sur place pour décuver. En définitive, il n'y aurait eu qu'une dizaine d'infractions liées à l'alcoolémie et au dépistage de stupéfiants.