Photo en Une : © D.R

Dédié aux musiques électroniques orientées dancefloor, le Sirk Festival reviendra pour sa quatrième édition du 2 au 30 avril. Durant tout un mois, la région Bourgogne-Franche-Comté deviendra un espace de fête, de création et d’expression en tout genre, et ce, à toute heure. Une stratégie visant, selon le chargé de production Nicolas Giller, à permettre « Un brassage des populations où les différentes générations se côtoient et partagent des moments. » Fédérant plusieurs associations coordonnées par l'association Risk, ce projet colossal est également l’occasion de valoriser les cultures électroniques comme autant de facteurs d’attractivité pour l’agglomération de Dijon.

Les 9 évènements qui rythmeront ce mois de festivités électroniques seront l’occasion de retrouver une quarantaine d’artistes dans des lieux insolites. Le Sirk investira en effet une salle de concert classique, une péniche, un cellier du 13ème siècle, des hangarettes à Mirage d’une ancienne base militaire et d’autres lieux inattendus et insolites pour des évènements quasiment tous gratuits.  « De la house garage à la techno en passant par la minimal ou encore la disco », des têtes d’affiches comme Vitalic (qui présentera son nouveau live techno sous son alias Dima), Sterac et Dan Shake y côtoieront les « talents en devenir » de la scène française Lb aka Labat et les patrons du label lyonnais Hard Fist, Cornelius Doctor et Tushen Raï. On pourra également retrouver les coups de coeur de la programmation, à savoir les joyeux drilles du Camion Bazar et The Maghreban.

De nombreuses surprises attendent les festivaliers.  Outre les deux week-ends au Boulodrome et à l'aéroport Dijon-Bourgogne, déjà exploités l'année dernière, le festival ouvrira gratuitement le mardi soir « dans un lieu historique de la ville de Dijon » pour un live des Secret Value Orchestra : le supergroupe de Mézigue, Paul Cut, Mud Deep, Flabaire et Larry HoulBourgogne oblige, une alléchante carte de vins locaux sera disponible dans les bars du festival. Et quant aux enfants, ils ne seront pas oubliés. Indépendamment du festival, le projet Pixmix proposera des expositions, lectures de contes électroniques, ateliers en tout genre et une « boum électro » pour les petits et les grands (à partir de 8 ans).

Toutes les informations et le programme complet sont à retrouver sur la page Facebook de l'événement.