Photo en Une : © Remy Golinelli

« Prendre des risques et inviter des artistes et collectifs pour la simple et bonne raison qu'ils nous tiennent à coeur, tenter de nouveaux formats et essayer de déjouer les standards de la nuit parisienne. » Voilà comment l'équipe de La Machine du Moulin Rouge définissait l'esprit de la soirée "Quartiers Rouges", lancée en septembre 2018. Fidèle à une promesse d'hybridation sonore sans concession, ce rendez-vous devenu incontournable est de retour le 15 mars prochain. Au programme, Shed présentera son nouvel alias jungle Hoover, Chevel annonce un set « quelque part entre la grime et la techno » tandis que Kosh (live) et OCB représenterons le label casablancais Casa Voyager. Les parisiens du collectif Demi-Monde – Aurèle et Royer – assumeront quant à eux la noble tâche d'emmener le public dans « la cinquième dimension. » Selon le programmateur Marc Resplandy, cette soirée permettra au public parisien de découvrir sept artistes incarnant, chacun à leur manière, le futur de la musique électronique.

   À lire également :
Pigalle devient le QG des musiques électroniques sulfureuses aux soirées Quartiers Rouges

C’est la 9ème édition des soirées Quartiers Rouges depuis son lancement en septembre 2018. Qu’est-ce qui a motivé la conception de cette série de soirées en première intention ?

La volonté première de cet évènement demeure de proposer une diversité sonore inédite dans les clubs parisiens. Le maître mot qui guide nos choix depuis le début est « éclectisme ». Ça fait partie de l'ADN de la salle.

Ce décloisonnement des différentes scènes et des styles était quelque chose qui manquait à Paris ?

C’est vrai que peu de promoteurs club véritablement "éclectiques" arrivent à s’imposer dans le paysage, et à durer. Certains empruntent ce chemin mais ce n’est pas le plus facile. En tout cas c’est le nôtre, on ne conçoit pas les choses autrement.

Le thème annoncé de cette soirée est l’amen break, ce pattern de batterie emprunté au groupe The Winstons devenu emblématique de styles comme la jungle ou la drum'n'bass, mais un peu moins utilisé dans la techno ou la house. Que pensez-vous du "retour" de ce type de motifs ?

À titre personnel, j’aime que beaucoup d’artistes reviennent à ce genre de sonorités dans leurs productions ou dans leurs sets. Je suis heureux de voir que les gens dansent sur ces musiques et n’ont pas forcément besoin des majeures house et techno pour bouger. À voir si cette hype dure !

Pourquoi avoir donc choisi ces artistes-là ? Comment ces derniers explorent différemment ce type de sonorités ?

J’ai adoré le dernier EP de Shed sous son nouvel alias, Hoover. Aurèle et Royer sont d'excellents DJs, aux playlists ultra variées. OCB – qui est un ami de longue date – et Kosh drivent le meilleur label marocain du moment (Casa Voyager). Je suis donc très heureux de le voir label du mois sur Resident Advisor en seulement quelques sorties. Pour Chevel, ses productions sont marquées par une grande variété de styles, ce qui se ressent évidemment dans ses mixes, par exemple celui qu'il a fait pour Fact Mag. En ce qui nous concerne, on essaie de booker au maximum les artistes que l'on ne peut, ou ne pouvait pas voir jouer à Paris, voire en France. On veut pousser ces artistes qui s'affranchissent des codes, qui fusionnent les styles pour créer de nouveaux courants. Ce qu'ils ont en commun, c'est une audience ouverte d’esprit, qui écoute autant de la trap que de l’ambient ou de la jungle. C’est ce public que nous visons.

On sent un esprit assez rock dans la vidéo de promotion de cette série. Envisagez-vous de pousser le concept plus loin en programmant, par exemple, des lives qui ne seraient pas strictement électroniques afin d’attirer un public encore plus large ? 

Ce qui est sur, c'est qu'on aime le live et on essaie d'en programmer autant que possible. On réfléchit à d’autres axes de programmation pour la saison prochaine, d’autres formats... On ne s’interdit rien. À terme j'aimerais bien programmer du grime, une batucada (orchestre de percussions brésiliennes) ou faire jouer un live band à 3h du matin. Tout est possible !

Toutes les informations concernant la soirée Quartiers Rouges à La Machine du Moulin Rouge sont à retrouver sur la page Facebook de l'évènement.