Photo en Une : © D.R

Ses clubs représentent pour Berlin une grande fierté. Ils représentent pour beaucoup une source de motivation à se rendre dans la capitale allemande, et peuvent être considérés comme un élément attractif à part entière : leur chiffre d'affaire cumulé l'an dernier s'élève à 216 millions d'euros. En 2016, les autorités allemandes s'étaient même résolues à accorder au Berghain le titre de lieu culturel, lui permettant ainsi de bénéficier d'un régime fiscale plus léger.

Selon l'étude de la Berlin Klubcommission, les dépenses des touristes (logement, repas, entrée au club, consommations et autres dépenses comprises) s'élèveraient à 1,4 milliard d'euros, totalisés sur l'année 2018. Toujours selon le rapport, un quart des touristes se rendrait en club lors de son passage dans la ville – voyage durant environ 2 jours et demi – et dépenserait en moyenne 205€ par soirée.

À lire également
Ibiza connaît une baisse du tourisme alarmante

Une nouvelle réjouissante pour la reconnaissance des clubs, pour qui la ville avait débloqué un million d'euros fin 2017, afin de permettre leur réaménagement et réduire les nuisances sonores.

Mais même si le porte parole de la commission se réjouit de voir que « le nombre de clubs est resté stable au cours des dernières années », les établissement n'en sont pas moins menacés par les problèmes du marché immobilier. La gentrification de l'hypercentre de la ville et la spéculation des vendeurs sont à l'origine d'une hausse significative du loyer. En février 2017, la banque centrale de Berlin faisait état d'une augmentation de 9% des prix. Un problème qui pourrait vite fragiliser la pérennité de nombreux clubs, comme le Watergate, qui avait vu son loyer doubler l'an dernier.