Photo en Une : © D.R


Aussi surprenant que cela puisse paraître, le mythique producteur italien Giorgio Moroder, désormais âgé de 78 ans, effectuera en avril et mai sa toute première tournée européenne. Baptisée The Celebration of the 80's, elle fera replonger le public du Grand Rex à Paris, le 22 mai, dans l'une des périodes phares de l'artiste.

Pour l'occasion, Giorgio Moroder s'est penché sur sa carrière lors d'une interview accordée à The Guardiandans sa maison de famille au coeur des Alpes italiennes. Première révélation étonnante : le musicien dit ne jamais vraiment être allé ou avoir aimé aller en club, en raison notamment de son désintérêt pour la danse. « Peut-être que c'est parce que je ne vais pas en club que je fais de la bonne musique de club. », ajoute-t-il. Malgré son influence sur l'histoire de cette scène, il confie même ne pas apprécier d'y être associé : « Je n'aime pas être appelé "le grand-père de la dance music", ni "le parrain du disco" ou "de la musique électronique". C'est mieux que d'être appelé "le grand-père" mais je n'aime quand même pas. »

Pourtant, ses morceaux – que Brian Eno avait présenté à David Bowie comme étant « le son du futur », rapporte The Guardian , et en particulier "I Feel Love" avec Donna Summer, sont considérés comme des titres précurseurs de l'italo disco ou de la house. Une réputation qui le laisse perplexe pour ce qui est du tube de 1977, lui préférant d'autres de ses emblématiques productions : « "I Feel Love" n'est pas géniale pour danser. Des chansons comme "Call Me" (Blondie) sont vraiment bien, et "Hot Stuff" de Donna est meilleure. »

Que Giorgio le veuille ou non, sa prochaine tournée devrait toutefois faire danser ses fans comme jamais. Plus d'informations sur sa date au Grand Rex le 22 mai, sur la page Facebook de l'événement.