Photo en Une : © D.R


L'agence Neverland ThemePark Projects, chargée du design d'une majeure partie de la scénographie du festival Tomorrowland (depuis sa création en 2005), a annoncé la semaine dernière qu'elle avait fait faillite, et qu'elle ne travaillerait plus avec lui, ni avec aucune autre organisation : "Nous nous sommes battus jusqu'à la dernière minute, mais une combinaison de circonstances nous a contraints à fermer les portes de Neverland définitivement. Nous présentons nos sincères excuses pour la gêne que cela pourrait occasionner." La grandeur et la complexité des installations du collectif avaient participé à l'immense réputation du festival.

Le journal néerlandais Standaard rapporte quant à lui, par l'intermédiaire du curateur de Neverland Philippe Baillon, que les raisons incomberaient à l'irrégularité des contrats reçus, et à la concurrence des pays de l'Est. "Dans ce secteur, une entreprise a soudainement des contrats importants, puis l'année suivante, ils s'en vont à des concurrents. En outre, de plus en plus de concurrents d'Europe de l'Est proposent leurs services à moindres coûts", a-t-il déclaré.

L'équipe de Tomorrowland, via sa chargée de communication Debby Wilmsen, a cependant assuré que l'esthétique du festival n'en serait pas affectée : "Nous travaillons avec douze créateurs de décors, dont fait partie Neverland. Et de toute manière, la scène principale est trop complexe pour n'être l'objet que d'un seul constructeur".