Photo en Une : © Rémi Golinelli

9 ans. Cela fait 9 ans maintenant que La Machine du Moulin Rouge a ouvert ses portes en plein cœur du quartier de Pigalle, succédant à la Locomotive en prenant un pari osé : faire fusionner deux univers, le club et la salle de concert. Le 25 janvier, La Machine organise donc une soirée d’anniversaire "Dix Moins Un". « 9 ans, c’est un anniversaire qui passe un peu inaperçu habituellement », rappelle Marc. « Nous, on a voulu en faire une grande fête décomplexée, et comme on prépare de belles choses pour fêter nos 10 ans en 2019, on préfère 10 moins un, parce que c’est ça qu’on veut vraiment fêter : on a presque 10 ans, et dans l’univers des Clubs et des salles, c’est beaucoup ! »

Pour l'occasion, les programmateurs ont prévu de proposer de tout, partout : tous les espaces de La Machine, de La Chaufferie au Toit, seront ouverts et occupés simultanément par des concerts, des performances, des DJ sets… À partir de 21h, La Chaufferie accueillera la performance du collectif_sin~ (cocréé par Flavien Berger en 2010) et sa dreamachine_007~aquacymatique, une installation sonore et visuelle aquatique ; et la dessinatrice Clara Claus commencera son "itinérance dessinée" dans tous les étages du club. Le Central ouvrira ses portes à 22h pour les concerts de Tristesse Contemporaine et Oktober Lieber avant de basculer en club de minuit à 6h avec DJ Marfox et Kasper Marott (auteur du deuxième meilleur track de 2018 selon Resident Advisor). C’est particulièrement cette capacité à réunir concert et club qui fait la spécificité de La Machine du Moulin Rouge, qui en 9 ans a vu défiler entre ses murs tout le gratin de la techno et de la house – de Shifted à Samuel Kerridge en passant par Jay Daniel – mais aussi des stars du hip-hop (comme les Underarchievers, ou A$AP Rocky, A$AP Nast, Skepta et Hamza pour la fête de la musique en 2016) ou de la pop (avec L’Impératrice).

Aux commandes de La Chaufferie, les programmateurs ont invité tous ceux qui ont fait bouger La Machine cette année : Rinse France, Renascence, Barbi(e)turix – le collectif organisateur des soirées LGBTQI Wet For Me –, Théo Muller – programmateur de la Chaufferie pendant près de 4 ans, et initiateur des soirées Dada Temple –, et l’habituée du Mini Club Anais Leszynska. Le Bar à Bulles abritera quant à lui l’agence SOIF et de leurs vins naturels, tandis que les Fils de Vénus se chargeront du dancefloor de 21h à minuit, avant le DJ set du collectif_sin~. Le Bar à Bulles est lui aussi un des éléments qui font de La Machine un club si spécial et diversifié : « Avec [son] ouverture, puis [celle] du Toit en 2015, où il est possible de manger des tapas en écoutant du bon son, avec une programmation autour des médias, de l'illustration, nous avons achevé de faire de La Machine un endroit de choix ».

9 ans et quelques dates d'anthologie

Outre les multiples ambiances qu’abrite La Machine du Moulin Rouge et son aspect de club-village, ce sont avant tout les dates mémorables qu’elle a accueillies tout au long de ses 9 ans qui font sa renommée, comme l’inoubliable concert dans le noir total du d'Autechre en 2010, ou la résidence "Time Tunnel" de Jeff Mills de 2013 à 2014. Le pionnier de Detroit orchestrait alors un grand spectacle mêlant danse, son et visuel, et faisait voyager le public à travers plusieurs époques, surplombé par une spirale hypnotique tournoyant sans fin… « On essaye le plus possible de faire des choses qu'on aime. On a certes des contraintes de remplissage, mais au niveau des concerts, pour ma part, on se différencie des autres salles en prenant des risques, en choisissant qui on veut recevoir. », confient les programmateurs. Et il faut dire qu’ils choisissent bien. Le club aura aussi invité, entre autres grands noms mémorables, Flying Lotus & Fatima, Ratatat, King Gizzard & The Lizard Wizard pour la deuxième édition caniculaire du Paris Psych Fest en 2015, ou encore l’immense réalisateur Jim Jarmusch pour la soirée Only Lovers Left Alive.

2018 marque la meilleure année de La Machine. Avec la release party du dernier album de Sniper l'année dernière, des concerts de metal aux hybridations electro/UK bass/industrial des récentes soirées Quartiers Rouges (programmées par Marc), La Machine occupe le terrain, tout en satisfaisant un public avide de variété et d'inédit. « La plupart des clubs n'ouvre généralement que trois jours par semaine. En décloisonnant ce qu'on offre, on arrive de plus en plus souvent à être ouverts tous les jours de la semaine. »

La barre est haute pour 2019. Et pourtant, cette dixième année se profile sous les meilleurs augures : « On fait beaucoup de travaux pour commencer notre seconde décennie dans les meilleures conditions et pour continuer à prendre autant de plaisir tout en prenant soin de cette vieille dame qu’est La Machine. » Nouvelle clim, espaces chill plus confortables, nouveau bar : le club monte la gamme et promet de poursuivre sa belle lancée.

Plus d'informations sur le neuvième anniversaire de La Machine du Moulin Rouge sur la page Facebook de l'événement.