Photo en Une : © Ryan Dinham

Les 7 et 8 juin 2019 se tiendra la quatrième édition du festival Junction 2 au Boston Manor Park à Londres. C’est la première fois cette année que l’événement se déroule sur deux jours entiers, alors qu’il ne durait qu’une journée depuis 2016. L’un des organisateurs du festival, Jeff Gray, explique que cette prolongation permet au Junction 2 de s’émanciper et de prendre une direction différente pour sa programmation. « Cette expansion nous offre la possibilité de conserver les valeurs originelles du festival et de développer une nouvelle identité propre à cette deuxième journée. », dit-il. « Le samedi gardera donc les racines techno présentes depuis la naissance du festival, tandis que l’on consacré la nouvelle journée du vendredi à une programmation plus house. »

Ainsi, la première journée décortiquera la house sous toutes ses coutures. Elle accueillera la minimale de Ricardo Villalobos, le groove de Dixon et de Motor City Drum Ensemble ou encore les fréquences fantasques de DJ Koze (auteur de l'album remarqué Knock Knock sorti l'an dernier). Elle conviera également des ténors de la scène locale : Ben UFO, Craig Richards et Gilles Peterson. Le Junction 2 festival a également consacré une partie de la programmation du vendredi à certains artistes bass music, comme Batu, de l'écurie hybride Livity Sound, Mumdance ou Objekt, auteur de l'encensé "Theme From Q", sorti en 2017, et de l'album Cocoon Crush sorti fin 2018. Une place de choix sera réservée à l'electro, avec la présence du vétéran de Detroit DJ Stingray et ses sonorités futuristes, sombres et syncopées. Il a également collaboré avec le légendaire duo Drexciya. A ses côtés, l'artiste hollandais Job Jobse côtoiera les fréquences acid des New-yorkaises Volvox et Umfang. La journée du samedi, plus axée techno, porte elle aussi son lot de grands noms : Richie Hawtin, Amelie Lens, Adam Beyer, Dax J, Tale Of Us, Etapp Kyle, Joseph Capriati, Apollonia, San Proper 

Jeff raconte aussi comment l’ajout d’une seconde journée a permis non seulement de programmer plus d’artistes, mais surtout d’inviter des DJs et des styles musicaux plus pointus à se produire aux côtés des grosses têtes d’affiche. « On a ainsi fait en sorte de créer des atmosphères différentes, qui satisferont à la fois les amateurs de musique électronique accessible et les fins connaisseurs. », explique-t-il.

Comme pour ses premières éditions, le festival se déroule dans le lieu atypique du Boston Manor Park, un gigantesque parc public qui intègre à des espaces naturels tout à fait sauvages la marque de l’urbanisme moderne, puisqu’une partie du lieu est surplombée par une autoroute. C’est justement sous les arcades bétonnées que se trouve la scène principale, tandis qu’il faudra se rendre dans les sous-bois pour accéder aux autres. « Le Boston Manor Park est un lieu vraiment particulier, qui suscite l’émotion généralement réservée aux sites des festivals excentrés. Nous travaillons dur pour faire en sorte que le lieu soit digne des attentes de tout le monde. » assure Jeff.

Toute les informations complémentaires et la programmation complète du festival sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.