Photo en Une : © D.R.


Deux clubs d'Ibiza, le Privilege et l'Amnesia se sont vus retirer leur licence suite à des inspections le 22 septembre dernier, rapporte le Dario de Ibiza, un journal local. Ces deux lieux de rendez-vous bien connus sur l'île avaient illégalement revu leur architecture pour augmenter leur capacité. En conséquence, ils ont chacun reçu deux amendes, l'une s'élevant à 650 € et l'autre à 54 999 €. 

Pour le Privilege, l'installation de cloisons avait modifié le chemin vers les sorties d'évacuation. L'emplacement des extincteurs était mal indiqué et certaines zones avaient été transformées en dancefloor, alors qu'elle ne pouvaient en supporter la densité. Le gain en capacité a été estimé à 500 personnes. Dans le cas de l'Amnesia, le toit originellement destiné aux terrasses, au bar et aux toilettes s'est pourvu d'extensions faisant office de piste de danse. Toutes ces modifications ont fait fi des normes de sécurité, mettant potentiellement en danger les clubbers.

   À lire également
Ibiza connaît une baisse du tourisme alarmante

Aujourd'hui, la capacité est une donnée déterminante pour un club, notamment vis à vis de ses possibilités de booking. En effet, si un agent sera plus à même de vendre des entrées pour une tête d'affiche dans un club qui affiche une grande capacité, il la fera aussi payer plus cher. Les clubs ont donc tendance à minimiser la capacité qu'ils déclarent. « Alors que [notre club] a une capacité de 2 500 personnes, je dis aux agences qu'on fait entre 800 et 1 200 personnes en moyenne sur les têtes d'affiche. Sinon, ils demanderont un cachet plus élevé », explique Quentin Schneider, gérant du Warehouse à Nantes, lors d'une table ronde organisée par Trax avec d'autres responsables de clubs pour son numéro #217. « La capacité et le prix d'entrée, c'est la base de l'algorithme de l'agent », ajoute Baptiste Pinsard, programmateur du Sucre à Lyon.

Le Privilège et l'Amnesia pourront rouvrir lorsque les modifications requises auront été effectuées. Cet événement n'affecte cependant pas particulièrement leur activité économique directe : ils étaient déjà fermés pour la basse saison.

L'article « Réunion de crise chez les clubs de France » est disponible dans le numéro #217 de Trax Magazine. Concurrence entre clubs et warehouses/festivals, prix des Dj's et business des agences de booking ont été le fil rouge de ce numéro dédié aux coulisses du monde nocturne.