Photo en Une : © DR


Réalisé par Coral Brown, le documentaire se penche sur l’histoire de Troi Lee, initiateur du concept des soirées Deaf Rave : un endroit où les sourds et malentendants peuvent se retrouver et vibrer au rythme du son. Pour lui, « il n’y a pas besoin d’entendre pour écouter de la musique, il suffit de sentir le beat ». Basé dans le quartier londonien d’Hackney, DJ Lee décide de monter sa première Deaf Rave en 2003. Celle-ci a réuni 700 personnes sourdes ou malentendantes du monde entier et les tickets se sont vendus en moins de deux mois. Un succès. Au fil des années, Troi Lee rassemble autour de lui une communauté soudée de passionnés qui se retrouve lors de ces soirées : « Nous sommes ensemble, nous travaillons ensemble, nous nous soutenons les uns les autres ». 

   À lire également
Ce court-métrage imagine un monde où l'on serait obligé de raver sans jamais s'arrêter

Deaf Rave rappelle que les sourds fans de musique expérimentent la stigmatisation au quotidien et représentent l’une des communautés les plus marginalisées à cause de la barrière de la communication. Les sourds et malentendants sont d'ailleurs deux fois plus sujets à la dépression que les personnes entendantes.

Ce documentaire fait partie de « Beyond the Screen », une série rassemblant six courts-métrages centrés sur le parcours de jeunes qui ont utilisé Facebook pour s’engager dans leurs luttes quotidiennes. 

Deaf Rave: Feel the Beat from TCO, Huck & Little White Lies on Vimeo.


Plus d'informations sur Deaf Rave ici.