Photo en Une : © D.R.


Ce n'est pas un hasard si Laurent Garnier a été choisi pour contribuer à l'exposition « Rêve Électro » qui aura lieu du 9 avril au 11 août 2019 à la Philharmonie de Paris. Au sein de la série d'articles « Real Talk » du magazine XLR8R spécialisé dans la musique, la culture, la mode et les technologies, il a fait écho à ce projet. Cette exposition vise à retracer l'histoire de la techno et plus généralement de la musique électronique, depuis ses débuts à Detroit à la fin des années 1980.

Pour cette rétrospective, le DJ a été invité à composer la bande-son de l'exposition. Il livre pour ce faire dix mixes de 25 à 30 minutes, qui représentent chacun différentes phases de la musique électronique et explorent plusieurs genres de la scène : la techno de Detroit, la house de Chicago, la musique garage de New York, le disco, l'electronica, la UK bass, la techno allemande et bien d'autres. Cependant, un élément le fait se questionner : « Quand j'ai transmis tous les mixes à l'organisateur, je me suis dit qu'on était en train de rater le côté futuriste des choses : « la musique de demain ! » Je voulais enregistrer un autre mix avec de la musique qui sonne moderne, qui apporte un vent de fraîcheur et qui soit avant-gardiste. » Le DJ a donc produit un onzième mix pour l'événement, cette fois-ci en se plaçant à revers de la démarche rétrospective.

   À lire également
Vidéo : 1998, c'était (aussi) ce DJ set historique de Laurent Garnier à la toute première Techno Parade

Garnier a notamment choisi pour ouverture du tout premier mix, le « Detroit mix », un morceau de Derrick May sous son alias Longer Than Long Ago. Pour boucler la boucle, il conclut le dernier mix avec une production de May. « Bien que Derrick n'ait pas sorti de musique depuis plus de 20 ans, on peut aisément entendre en quoi sa musique sonne plus futuriste et plus « demain » que la plupart des choses qui sont faites aujourd'hui. » allègue-t-il à propos de ce dernier acte. « Alors, toute cette musique qui « sonne moderne », est-ce toujours la musique de demain ? La réponse la plus honnête serait « peut-être pas », à mon sens. » finit-il par ajouter à XLR8R. Il semblerait donc que cette époque soit celle d'une transition, qui ouvrirait les portes à des innovations pour l'instant inconnues. C'est ce en quoi Laurent Garnier a choisi de croire.

Plus d'informations sur l'exposition « Rêve Électro » sur le site de la Philharmonie. Le témoignage de Laurent Garnier pour ce « Real Talk » peut être lu sur le site web de XLR8R.