Photo en Une : © D.R.


Qui n'a jamais été ennuyé par cet ami qui passe l'intégralité de sa soirée à prendre des photos et vidéos pour agrémenter ses stories ou simplement en garder une trace digitale ? Eventbrite, plateforme de vente de tickets d'événements, a mené une étude pour connaître ce que le public de plus de 18 ans pense de l'usage des téléphones lors des concerts.

Une première série de données en ressort : 69% du millier de sondés cautionneraient la mise en place de mesures visant à limiter l'usage des téléphones mobile durant les concerts et soirées. D'autres chiffres viennent étayer cette expérience : 70% trouvent désagréable quand quelqu'un se met à prendre des photos ou vidéos lors d'un concert et 81% comprennent de surcroît qu'un artiste puisse ne pas vouloir que des photos ou vidéos de sa performance soient prises. Pour en donner quelques exemples, Adele, Kendrick Lamar ou encore Childish Gambino ont demandé à leurs fans de ne pas utiliser leur portable pendant leurs concerts. Enfin, 65% pensent que le fait de prendre des photos ou des vidéos altère l'expérience offerte par un concert.

Il existe en revanche certaines contradictions au sein des réponses des personnes interrogées. 49% avouent par exemple avoir capturé des instants d'un concert ou d'une soirée durant l'année passée. Sur le total plus d'un tiers considèrent que cela faisait partie intégrante de l'expérience. L'enseignant-chercheur Lee Hadlington voit en cela un paradoxe : « Les gens disent : "ça n'est pas grave si j'utilise mon téléphone pendant un événement car je veux avoir cette photo en particulier, mais si quelqu'un d'autre que moi le fait, c'est vraiment pénible." » explique-t-il.

   À lire également
Seriez-vous prêts à donner votre téléphone à l'entrée du club ?

Une autre donnée est à mettre en évidence : parmi les tranches d'âge sondées, les 18-24 ans et les 35-44 ans ont la plus grande propension à user de leur téléphone à ces occasions. Les femmes sont aussi plus nombreuses à se servir de leur mobile pour prendre des photos : 56% contre « seulement » 41% pour les hommes.