Photo en Une : © D.R.


« Combien de fois vous est-il arrivé d’avoir une mélodie dans la tête sans pouvoir vous en débarrasser ou... l’exprimer d’une manière ou d’une autre ? » Ce sont là les mots d’Audioweld, l’entreprise à l’origine de la Synthwatch, « la première montre-synthétiseur jamais créée ».

En termes de design, le produit allie le look rétro d’une Casio avec une finition haut de gamme en titane et un cadran digital. La moitié basse de la montre est dédiée à un synthétiseur d’une octave disposant d’une sortie jack 3.5 mm, afin d’y connecter écouteurs et autres enceintes. Il embarque plus de 200 presets et quatre effets (delay, reverb, filtre et flanger), sans dépasser les 92 g. L’autonomie de la batterie n’a pas encore été communiquée, mais la recharge se fera via un port USB-C. Un mode séquenceur est aussi à l’étude pour pouvoir superposer différentes pistes.

Un crowdfunding a été lancé par le constructeur sur Kickstarter, avec pour objectif 76 000 €. Une somme non négligeable, proportionnelle au prix de vente élevé de la montre. Si les participants ayant contribué à hauteur de 450 € pourront recevoir leur Synthwatch courant avril 2019, le prix définitif devrait quant à lui avoisiner les 700 €.

Si la somme récoltée par la cagnotte dépasse certains échelons, Audioweld prévoit d’implémenter des fonctionnalités supplémentaires. À 90 000 €, une application devrait par exemple être développée pour iOS et Android. À 180 000 €, le synthétiseur deviendrait polyphonique...

   À lire également
D’Aphex Twin à Mr. Oizo, pourquoi les synthétiseurs Korg séduisent les plus grands

« Si vous cherchez une montre connectée avec un podomètre et un holter (appareil servant à mesurer la fréquence cardiaque, NDLR), vous devriez chercher ailleurs », convient Audioweld. Y’a-t-il pour autant un marché pour ce mini-synthé à maxi-prix ? À ce jour, seuls 1000 € ont été investis dans le Kickstarter. La date limite pour contribuer est fixée au premier janvier 2019.